Violents heurts entre militants anti-fascistes et policiers à Bologne, en Italie (PHOTOS, VIDEOS)

Source: Reuters

Des affrontements se sont produits ce jeudi 5 mai entre la police et des dizaines de manifestants à Bologne en Italie venus protester contre la visite du chef du parti anti-immigration de Ligue du Nord, Matteo Salvini.

Les agents déployés en tenue antiémeute ont affronté les militants qui leur ont jetté des œufs et des légumes.

Un cordon de police a dû repousser la foule en colère à coup de matraques et de boucliers.

Divers groupes de gauche à Bologne s'opposent aux points de vue de la Ligue du Nord (Lega Nord) sur l'immigration.

Le chef de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, a condamné ces affrontements. «Il n'est pas normal que cette ville soit prise en otage par une poignée de criminels qui se heurtent à la police, jetant des objets. Ce sont des crimes et ils doivent être punis en tant que tels» at-il déclaré, cité par le journal Fatto Quotidiano.

Le parti d'extrême droite Ligue du Nord se dresse contre l'immigration et «l'islamisation» et a maintes fois attiré l'attention du public par ses actions et commentaires.

Une manifestation similaire contre Matteo Salvini avait eu lieu à Bologne en novembre dernier. Au moins un manifestant avait alors été blessé au cours d'échauffourées.

En avril 2015, le parti a soutenu la décision de l'Etat italien de refuser de proposer des solutions d'hébergement pour les migrants en Lombardie. A cette époque, le président de la région et fondateur de la Ligue du Nord, avait déclaré : «Nous ne voulons pas d'une invasion.»

En octobre 2014, les partisans du parti s'étaient réunis dans la ville de Milan pour s'opposer à l'immigration clandestine et à l'opération Mare Nostrum, un programme spécial mis en place par l'Union européenne au large des côtes italiennes pour rechercher et sauver les migrants perdus en mer.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales