Par mégarde, un général de Tsahal compare Israël à l’Allemagne nazie

© Capture d'écran, compte Twitter @JOL_NEWS

Un chef de l'Etat-major israélien a été critiqué pour avoir fait un parallèle entre l'Allemagne des années 30 et Israël de nos jours dans d'un discours lors d’un événement célébrant la Journée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

«S’il y a quelque chose qui me fait peur dans la mémoire de l’Holocauste, c’est la reconnaissance des révoltantes évolutions qui ont eu lieu en Europe en général, et particulièrement en Allemagne, il y a 70, 80 et 90 ans et d’en identifier les signes chez nous, aujourd’hui, en 2016», a déclaré le général de Tsahal Yaïr Golan en s’exprimant le 4 avril lors d’une assemblée commémorative à Tel Yitzhak.

Il a aussi estimé que l'extermination par l'Allemagne nazie d'entre cinq et six millions de Juifs, «devait nous faire réfléchir profondément à la responsabilité du leadership, à la qualité de la société, et doit nous conduire à réfléchir sur la manière avec laquelle nous devons aujourd’hui traiter un étranger, un orphelin, une veuve et tous leurs semblables».

Les propos de Yaïr Golan ont suscité de vives critiques de la part des politiciens israéliens et le ministre de l’Education israélien est allé jusqu’à l’appeler à rectifier «son erreur».

Jeudi, le représentant de Tsahal est revenu sur ses propos, insistant ne pas avoir eu l’intention de comparer Israël à l’Allemagne nazie. «C’est une comparaison absurde et infondée et je n’ai aucunement eu l’intention de dresser un tel parallèle ou [une telle] critique du leadership national», a-t-il conclu.

Humeurs antisémites

Les commentaires de Golan interviennent alors que le débat sur la différence entre antisionisme et antisémitisme s'amplifie. Ces derniers temps, le Parti travailliste du Royaume-Uni s’est heurté à de vives critiques pour ce qui est perçu comme une recrudescence de l'antisémitisme dans ses rangs.

Naz Shah, la député du Parti travailliste pour la circonscription de Bradford West, a ainsi été suspendue du parti pour une publication sur Facebook qui suggérait que les Etats-Unis devraient accueillir Israël et en faire leur 51ème Etat afin que les Palestiniens puissent «avoir de nouveau leur vie et leur terre».

Quelques jours plus tard, l’ancien maire de Londres Ken Livingstone a été suspendu pour avoir défendu Shah et expliqué qu’Hitler avait soutenu le sionisme avant la Seconde guerre mondiale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales