Le chef de la sûreté de l’Etat belge craint les réactions de l'extrême droite aux attentats

Débordements lors d'une manifestation d'extrême droite le 27 mars dernier à Bruxelles Source: Reuters
Débordements lors d'une manifestation d'extrême droite le 27 mars dernier à Bruxelles

Jaak Raes, qui s’exprimait lors d’une conférence qui se tenait à l’université d’Anvers mardi soir, a évoqué le risque de nouveaux attentats commis par Daesh ainsi que le possible renforcement des groupuscules identitaires que cela pourrait causer.

«Sur le long terme, nous devons peut-être nous attendre à d’autres attentats», a déclaré le chef de la sureté de l’Etat belge aux étudiant en science de la sécurité, en précisant que «Daesh est ce qui nous tient en alerte».

Lire aussi : Belgique : une manifestation de Génération Identitaire interdite à Molenbeek

Néanmoins, Jaak Raes a aussi soulevé la problématique de l’extrême droite, en affirmant que celle-ci pourrait utiliser la menace terroriste pour stigmatiser la communauté musulmane, «alors que seules quelques personnes sont concernées par le djihadisme», créant ainsi une «nouvelle polarisation». «Pensez aux marches de Pegida, à des réactions violentes de l’extrême-droite», a-t-il ajouté.


Lire aussi : Bruxelles : toutes les manifestations interdites sauf un rassemblement d’hommages musulman

Le 27 mars dernier, soit quelques jours après les attentats de Bruxelles des militants proches de l’extrême droite avaient manifesté sur la place de la Bourse, lieu de recueillement des habitants de la capitale, et causé un scandale par leur comportement violent. Le 2 avril, l’organisation Génération identitaire avait dû annuler l’action qu’elle souhaitait mener à Molenbeek sous la pression des autorités belges, et le 10 avril, les groupes identitaires Nation et Vlaanderen ont dû annuler leur manifestation contre le bourgmestre bruxellois Yvan Mayeur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales