Edward Snowden : les gouvernements vont utiliser des drones pour surveiller la population

Edward Snowden : les gouvernements vont utiliser des drones pour surveiller la population Source: Reuters

Les drones à énergie solaire peuvent rester en l’air pendant des semaines tout en suivant les mouvements non de quelques individus, mais de populations entières, prévient le lanceur d'alerte Edward Snowden.

«En exploitant la nécessité moderne d’être toujours connecté, certains gouvernements peuvent nous transformer en une sorte d’animaux étiquetés, la différence principale étant que c’est nous qui payons pour ces étiquettes qui sont dans nos poches», a souligné l’ancien employé de la CIA dans son article publié le 3 mai, ajoutant que les Etats-Unis envisagaient depuis longtemps de rendre leurs drones plus résistants.

«Une fois que c’est fait, il suffit alors d’y ajouter des dispositifs de recueil de divers signaux pour surveiller sans arrêt, par exemple, les adresses réseaux différentes de chaque ordinateur portable, téléphone ou iPod, pour ainsi connaitre non seulement la ville où un dispositif particulier se connecte mais dans quel appartement chaque dispositif vit, où il va à un moment particulier et quel trajet il emprunte», a expliqué Edward Snowden.

Ainsi, avec un réseau de drones établi dans seulement quelques villes, les services de renseignement pourraient contrôler «les mouvements non pas de quelques individus, mais de la population entière», a-t-il indiqué.

«Sur le plan technique, c’est tellement facile à mettre en œuvre que je ne peux pas imaginer l’avenir sans de telles tentatives. Au début, comme d’habitude, on va les limiter à des zones de guerre, mais les méthodes de surveillance ont cette tendance à pénétrer dans nos maisons», a conclu le fameux lanceur d'alerte.

L'ancien employé de la CIA a fondé son article sur le livre The Assassination Complex : Inside the Government's Secret Drone Warfare Program du journaliste Jeremy Scahill, basé sur les «Drone papers» concernant les opérations des Etats-Unis en Somalie, Yémen et Afghanistan, divulguées en octobre 2015.

Lire aussi : LuxLeaks : de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, Antoine Deltour accumule les soutiens

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»