Ippon ! Un migrant accusé de viol terrassé par une gardienne de prison en Autriche

Policiers autrichiens Source: Reuters
Policiers autrichiens

Un des trois demandeurs d’asile adolescents accusés du viol brutal d’une jeune étudiante a été envoyé au tapis après avoir attaqué une gardienne de prison qui s’est révélée être experte en arts martiaux, a rapporté le journal suédois The Local.

En s’en prenant physiquement à une gardienne de la prison dans lequel il attend d’être jugé, le jeune migrant âgé de 16 ans a choisi la mauvaise cible. Experte en arts martiaux, la femme a rapidement réussi neutraliser le jeune homme, qui a ensuite été raccompagné à sa cellule par les collègues de la gardienne.

Selon The Local, les responsables de la prison ont refusé d’entrer dans les détails de l’attaque sur la gardienne, y compris sa motivation, mais ont seulement confirmé qu’elle est arrivée à maitriser l’adolescent et l’immobiliser contre le sol.

Ils ont aussi indiqué que l’adolescent allait répondre de ses actes concernant cette attaque et a été transféré dans un établissement pénitentiaire plus sécurisé.

 L’adolescent est un des trois individus accusés d’avoir violé brutalement une étudiante de 21 ans dans les toilette publiques de la station de métro de Praterstern, à Vienne. Le trio a suivi la jeune fille jusqu’aux toilettes pour femmes et ensuite utilisé une pièce de monnaie pour ouvrir la porte lorsqu’elle était à l’intérieur. Ils sont accusé de lui avoir fait une clé de bras avant de la violer. 

Lire aussi : Clôture anti-migrants, bras de fer entre Rome et Vienne

Après que la victime s’est signalée immédiatement après l’incident, une centaine de policiers se sont rapidement mobilisés pour retrouver les agresseurs. Arrêtés près de la station de métro, les trois individus ont initialement nié les faits, mais ont depuis avoué leur implication. Ils ont également été formellement identifiés par la victime.

Fin avril, un autre demandeur d’asile, d’origine irakienne, accusé d’avoir abusé sexuellement un garçon de 10 ans dans une piscine de Vienne en décembre dernier, a reconnu sa culpabilité auprès du tribunal.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales