Derniers rebondissements dans l’attente de l’exécution de Serge Atlaoui

François Hollande reçoit Tony Abbott à l'Elysée Source: Reuters
François Hollande reçoit Tony Abbott à l'Elysée

Le nom de Serge Atlaoui n’est plus sur la liste des condamnés à une exécution imminente mais le porte-parole du parquet général d’Indonésie a dit à l’AFP qu’il serait exécuté seul si la procédure en cours devant le tribunal administratif est rejetée.

A Djakarta, en Indonésie, neuf personnes condamnées à mort pour trafic de drogue, dont huit étrangers, sont en attente d’exécution. Mais deux ressortissants australiens ont obtenu le 27 avril l’examen d’un recours de dernière minute par la Cour constitutionnelle indonésienne. S’agissant du français Serge Atlaoui, son nom a été supprimé de la liste des exécutions imminentes.

A n’en pas douter les pressions diplomatiques exercées sur l’Indonésie ces derniers jours ont certainement eu un peu d’effet. Les autorités indonésiennes restent cependant intransigeantes sur la question de la répression du trafic de drogue, un crime qu’elles sanctionnent bien souvent de la peine capitale.

Dans une optique idéologique d’interdiction universelle de la peine de mort, le Président François Hollande a à plusieurs reprises menacé l’Indonésie de «conséquences diplomatiques» en cas d’exécution de Serge Atlaoui, prenant le risque de mettre à mal gravement l’avenir des relations bilatérales entre les deux pays.

Le 27 avril, à l’occasion de la visite à Paris du Premier ministre australien, Tony Abbott et François Hollande ont rappelé dans un communiqué conjoint «que la France et l'Australie partageaient un même attachement aux droits de l'homme et condamnaient le recours à la peine de mort en tous lieux et en toutes circonstances».

Cette déclaration diffusée à l’issue d’une rencontre bilatérale à l’Elysée est un nouveau signal adressé à Djarkarta alors que dans le même temps, le porte-parole du parquet général d’Indonésie a indiqué à l’AFP que Serge Atlaoui sera bel et bien exécuté seul, si la procédure en cours devant le tribunal administratif était rejetée. 

Serge Atlaoui a été arrêté en 2005 à Djakarta dans un laboratoire de production d’ecstasy et condamné à la peine capitale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales