Un soldat américain capturé en Afghanistan accusé d’être un déserteur

Bowe Bergdahl© Reuters Source: Reuters
Bowe Bergdahl

En 2009, les talibans ont capturé le soldat américain Bowe Bergdahl qui s’était vraisemblablement éloigné de son unité dans la province afghane de Paktika. Il a été libéré en mai 2014 en échange de cinq talibans détenus au camp de Guantanamo.

Après plusieurs années d’efforts pour arriver à arracher ce soldat des mains des talibans, l’armée américaine va maintenant, très probablement, l’accuser de désertion. Le sergent Bowe Bergdahl a été capturé par les talibans en 2009 après s’être éloigné de son unité dans la province de Paktika, dans l’est de l’Afghanistan.

Quelques heures seulement avant d’être capturé, il a écrit un e-mail à ses parents dans lequel il a fait allusion au fait que l’armée américaine avait des problèmes graves. « L’armée des Etats-Unis est la plus grande blague du monde. C’est une armée de menteurs, de perfides, d’imbéciles et de voyous », peut-on lire dans la lettre de Bergdahl.

L’information selon laquelle Bowe Bergdahl pourrait être accusé de désertion provient de l’ancien colonel Anthony Shaffer qui se base sur ses propres sources. La chaîne de télévision RT lui a demandé s’il y avait un lien entre cet e-mail et d’éventuelles conséquences disciplinaires.

Auteur: RT France

« En ce qui concerne sa lettre, je peux dire qu’il était mécontent. Les militaires ne prennent pas ses mots en considération, ils examinent ses actions pendant son service militaire. A-t-il rempli ses fonctions, a-t-il quitté son poste et avait-il le droit de le quitter ? S’il n’avait pas d’autorisation, pourquoi l’a-t-il fait, et que s’est-il passé en réalité ? Ce sont les questions auxquelles l’enquête doit répondre. Qu’est-ce qui s’est passé en Afghanistan lors de son service ? Bergdahl a le droit d’exprimer n’importe quelle opinion. Je ne pense pas que l’armée s’intéresse à ses opinions mais plutôt à ce qu’il a fait », a expliqué à RT l’ancien militaire.

Bowe Bergdahl a été libéré en mai 2014 en échange de la libération de cinq chefs talibans détenus au camp de Guantanamo. Lors de la campagne pour la libération du sergent Bergdahl, ses parents ont donné plusieurs conférences de presse dans le pays pour pousser le gouvernement à agir. Quand les autorités ont pris les mesures nécessaires, on les a immédiatement accusées d’avoir violé une règle clé : ne jamais négocier avec les terroristes. En outre, les critiques estiment que cette décision pourrait provoquer une augmentation du nombre d’Americains pris en otage.

« Les membres du Congrès avec qui j’ai parlé croient que cet échange était illégal. En d’autres termes, le président américain Barack Obama n’avait pas le droit de le faire. Selon la loi, le président aurait dû notifier son intention au Congrès qui aurait bénéficié de 30 jours pour y réfléchir. Je crois que cette loi a été violée, c’est ce qu’on m’a dit. De plus, les taliban sont une organisation terroriste, c’est la position officielle du département d’Etat américain lui-même. On a donc libéré des terroristes pour les remettre à des terroristes », a déploré l’ancien colonel Anthony Shaffer.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales