L'ancien maire de Londres sanctionné pour avoir mentionné la collaboration entre sionistes et nazis

L'ancien maire de Londres Ken Livingstone© Alessia Pierdomenico Source: Reuters
L'ancien maire de Londres Ken Livingstone

L'ancien maire de Londres Ken Livingstone a été suspendu du parti travailliste après avoir affirmé qu'Hitler avait soutenu le sionisme, lors d'un entretien au cours duquel il défendait un collègue accusé d'antisémitisme.

«Rappelons-nous, lorsque Hitler a remporté l'élection en 1932, sa politique était de déplacer les Juifs en Israël» a-t-il confié à la radio BBC jeudi, avant d'expliquer : «Il soutenait le sionisme avant de perdre la tête et de finir par tuer six millions de Juifs.» Cette déclaration a été condamnée par plusieurs députés travaillistes, ainsi que par le Premier ministre David Cameron, qui a affirmé que le parti travailliste avait «un problème avec l'antisémitisme».

Ken Livingstone a refusé de s'excuser pour sa déclaration, affirmant que la critique des politiques menées par le gouvernement israélien ne devaient pas être confondues avec l'antisémitisme, après s'être écharpé avec le député travailliste John Mann qui l'avait accusé de faire «l'apologie du nazisme» de «réécrire l'histoire».

L'altercation, qui a été filmée, s'est déroulée après la diffusion sur l'antenne londonienne de la BBC de l'émission où Ken Livingstone défendait la député Naz Shah, accusée d'antisémitisme après avoir posté une série de messages Facebook.

Ken Livingstone faisait référence à l'accord de transfert (Haavara, en hébreu), qui a été conclu entre certains juifs sionistes et le Reich allemand entre 1933 et 1939, afin d'organiser le départ des juifs allemands vers la Palestine ainsi que le transfert de leurs biens financiers. Cet accord a fait polémique au sein de la communauté juive mondiale, certains juifs américains étant partisans du boycott des produits émanant de l'Allemagne nazie afin de faire plier Hitler sur sa politique envers les Juifs, boycott venant en contradiction avec l'accord conclu avec Hitler. Finalement, le boycott a échoué et la collaboration avec les nazis s'est poursuivie jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. L'historique de cet épisode controversé est notamment documenté par une étude de l'historien juif sioniste américain Edwin Black.


A propos des écrits de Naz Shah, qui avait suggéré de relocaliser Israël aux Etats-Unis en 2014, l'ancien maire de Londres a assuré que ceux-ci n'étaient pas antisémites : «J'ai entendu de nombreuses personnes critiquer Israël, mais s'il était question de la dénonciation du gouvernement d'Afrique du Sud, vous ne diriez pas qu'il s'agit de racisme – et l'une de mes préoccupations est que cette confusion entre l'antisémitisme et la critique du gouvernement israélien mine l'importance du fait de s'attaquer au véritable antisémitisme.»


Lire aussi : Une nouvelle application traque tout ce qu'elle considère comme «antisémite» sur internet

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales