Etats-Unis : six mois de prison pour ceux qui utilisent les WC du sexe opposé

Désormais, à Oxford dans l’Alabama, utiliser les toilettes qui ne correspondent pas à son sexe de naissance est un crime qui sera puni par une amende de 500 dollars ou six mois de prison. Une nouvelle loi qui vise en priorité les transgenres.

Le conseil municipal de la ville d’Oxford, 21 000 d’habitants, a voté le 26 avril en faveur d’un décret proclamant que les autorités devaient protéger la vie privée de leurs citoyens qui pourraient être gênés par des personnes du sexe biologique opposé utilisant les mêmes toilettes et vestiaires.

La loi définit le sexe biologique comme «condition physique d’être un homme ou une femme justifiée par le certificat de naissance», rapporte le quotidien britannique The Independant.

Le chef de la police d’Oxford, Bill Partridge, a indiqué que cette loi sera mise en vigueur comme toutes les autres. «Si quelqu’un voit quelque chose qui le met mal à l’aise, il pourra appeler la police. Si l’individu est toujours là quand l’officier arrive, ce dernier devra se justifier», a-t-il expliqué au site Alabama Local.

Cette décision a provoqué l’indignation des défenseurs des droits de l’Homme. «Ce décret est une attaque honteuse et ignoble contre les droits et la vie privée des personnes transgenres», a déclaré Eva Walton Kendrick, responsable du Comité des droits de l’Homme de l’Etat d’Alabama.

Cependant, Oxford n’est pas la première ville des Etats-Unis à adopter une «Toilet Law», comme l’appellent les Américains. Ainsi, en mars dernier l’Etat de Caroline du Nord a interdit aux transgenres d’utiliser les toilettes du sexe qui ne correspond pas à leur sexe de naissance.

Lire aussi : Les enfants britanniques sont 10 fois plus préoccupés par leur identité de genre qu'il y a 6 ans

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales