Norvège : un zoo donne un zèbre décapité en pâture aux tigres à la vue des enfants

Source: Reuters

Les zoos scandinaves ont fait parler d’eux une fois de plus, alors qu’un zèbre a été euthanasié pour cause de surpopulation. Ils l’ont ensuite décapité et donné à manger aux tigres sous les yeux ébahis des visiteurs.

Le parc animalier de Kristiansand, dans le sud de la Norvège, a été ciblé par les critiques après la diffusion sur internet d’une photo du zèbre abattu. «Je voulais voir des tigres. Ce qui m’y attendait était un peu macabre», a écrit un des visiteurs du zoo, rapporte The Independant.

Les autres, dont la plupart étaient accompagnés d’enfants, n’ont pas plus apprécié la décision de l’administration du parc. Alors que certains ont qualifié cet acte de cruauté, les autres ont indiqué de ne pas vouloir voir dans un zoo des animaux manger d’autres animaux.

Les responsables du parc de Kristiansand ont expliqué avoir été forcés de tuer le zèbre pour des problèmes de surpopulation de cette espèce. Pour sa défense, le vétérinaire du zoo, Rolf-Ann Olberg, a expliqué «qu’il est normal qu’un lion ou un tigre mange sa proie». «Nous l’avons expliqué et les visiteurs ont compris que c’est ainsi que les choses se passent dans la nature. Nous ne devons pas fermer les yeux sur le fait que les prédateurs mangent d’autres animaux», a-t-il souligné.

Ce n’est pas la première fois qu’un zoo scandinave provoque l’indignation du public. Ainsi, en 2014, le zoo de Copenhague a tué une jeune girafe mâle prénommée Marius, car ils n’ont pas réussi à lui trouver un nouveau foyer. Ils ont ensuite donné son corps à manger aux lions. Et seulement quelques mois plus tard, le même zoo a euthanasié quatre lions mâles pour donner une chance à un nouveau jeune mâle de prendre la tête du clan.

Lire aussi : Un zoo danois invite les enfants à assister à la dissection d’un lion lors des vacances d’automne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales