Washington défie la Chine et une dizaine d’autres pays «violant la liberté de navigation»

Source: Reuters

En 2015, les Etats-Unis ont démontré leur vocation de véritables protecteurs de la liberté de navigation... en envoyant leurs navires de combat dans les eaux où, selon eux, l’accès risquerait d’être limité par les Etats côtiers.

Selon un rapport annuel du Pentagone publié le 25 avril, les Américains ont mené des opérations visant à protéger la «liberté de navigation» face à 13 pays : la Chine, l’Inde, l’Indonesie, l’Iran, la Libye, la Malaisie, les Maldives, Oman, les Philippines, le Vietnam, Taïwan, le Nicaragua et l’Argentine.

Dans le cadre de ces opérations dont le nombre total n’a pas été révélé, les Etats-Unis ont envoyé navires et avions militaires dans des zones maritimes dont certains pays tentaient de limiter l’accès. Washington explique que son objectif est de montrer que la communauté internationale n’accepte pas de telles actions, rapporte l’agence Reuters.

Commentant ce document, le ministère de la Défense de la Chine a exprimé sa profonde préoccupation. «Au nom de la liberté de navigation et de survol, les Etats-Unis mènent une politique de militarisation en mer de Chine méridionale, menacent la souveraineté des états côtiers et détruisent la paix et stabilité dans ces régions», peut-on lire dans un communiqué publié plus tard le 25 avril sur son site.

En octobre 2015, Washington a en effet envoyé un destroyer en mer de Chine méridionale à proximité des îles Spratley, revendiquées par six pays différents dont la Chine, qui y a vu une menace contre sa souveraineté. Les Etats-Unis, eux, s’inquiètent de la récente construction par Pékin, sur ces îles,  d’infrastructures qui pourraient, selon eux, accueillir des installations militaires et menacer la liberté de navigation.

Lire aussi : Pour Pékin, les manœuvres US en mer de Chine méridionale pourraient «déclencher une guerre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales