Un médecin australien appelle ses «confrères et consœurs» à rejoindre le djihad contre l’Occident

Abou Yousouf
Abou Yousouf

Un jeune médecin australien est apparu dans une vidéo propagandiste de Daesh où il appelle tous ses frères et sœurs partout dans le monde à venir en Syrie pour rejoindre «le djihad islamique» contre l’Occident.

«Je m’appelle Abou Yousouf. Je fais partie de l’équipe médicale ici. Je suis venu d’Australie vers Daesh pour vivre sous le califat», a déclaré un homme aux yeux bleux et au fort accent australien dans une vidéo YouTube complétée du logo du «Service de Santé de Daesh».

Dans la vidéo, Abou indique qu’il est médecin et qu’il s’est rendu à Racca, capitale de facto de Daesh à 160 kilomètres à l'est d’Alep, pour proposer ses services médicaux.

«Je vois ça comme ma contribution au djihad islamique, aider les musulmans dans la région comme je le peux, c’est-à-dire en exerçant comme médecin», explique l’homme en s’adressant à la caméra avec un stéthoscope suspendu autour de son cou.

«J’aurais aimé être là plus tôt», a ajouté Abou Yousouf qui se trouvait apparemment à la maternité de l’hôpital général de Racca, veillant sur des enfants dans des couveuses. 

Abou Yuosouf
Abou Yuosouf

«Après être venu ici, je trouve décevant de penser combien de mes confrères et consœurs musulmans de la profession médicale, médecins, infirmiers, kinésithérapeutes et dentistes, vivent toujours en Occident. Malheureusement, les musulmans, ici, sont en souffrance, non pas à cause du manque d’équipement ou de médicaments, mais à cause du manque d’assistance médicale qualifiée», a-t-il déclaré.

«C’est le message que je veux envoyer à mes confrères et consœurs qui vivent toujours en Occident et qui pensent venir… Nous avons vraiment besoin de votre aide», a-t-il ajouté.

Selon news.com.au, le jeune médecin a été identifié comme l'ex-étudiant de l’Université d'Adélaïde Tareq Kamleh. Selon diverses estimations, Abou serait encore dans la vingtaine et aurait déménagé à Perth à la fin de ses études. A la faculté de médecine, il jouissait d’une réputation d’étudiant soigné qui buvait beaucoup d’alcool et avait beaucoup de copines, puis il aurait eu une relation plus suivie avec une infirmière de l’hôpital Royal Adelaide et se serait rangé.

Un autre ancien étudiant de l’Université d'Adélaïde a signalé à news.com.au que Kamleh n’avait pas montré de signes de fondamentalisme pendant ses années d’études.

«C'était un mec assez normal, il n’avait pas de centres d’intérêts liés à Daesh», a déclaré une femme qui a préféré rester anonyme.

Le vice-président de l’Association médicale australienne Stephen Parnis a dit que la communauté médicale australienne était outrée par la vidéo d’Abou Yousouf.

«La profession médicale est bouleversée par ce fait. Cela est contraire à notre éthique», a-t-il dit à Melbourne. 

Abou Yousouf
Abou Yousouf

«Il s’agit d’un régime qui fait beaucoup de mal, qui ne respecte pas la vie humaine. L’idée de soutenir ce régime et travailler pour lui, je pense, est odieux aux yeux de chaque médecin australien».

Stephen Parnis a signalé que Yousouf n’était pas membre de l’AMA et que le Conseil des médecins pourra décider de lui retirer sa licence.

Tanya Plibersek, leader de l’opposition, a déclaré à son tour que c’était inacceptable pour un Australien d’appeler à rejoindre un groupe terroriste.

«Je suis sûr que la pleine force de la loi sera utilisée contre lui», a-t-elle dit aux journalistes à Sydney.

Les «verts» australiens, entretemps, demandent de meilleurs programmes de prévention pour éviter la radicalisation des jeunes. Il ne suffit pas pour le Premier ministre d’appeler les jeunes à ne pas joindre Daesh, ont-ils dit.

«Cela ne marchera pas, c’est l’échec assuré», a dit la présidente des «verts» dans une déclaration. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales