Un paradis libertaire : Liberland, l'Etat fait pour ceux qui en ont assez du gouvernement

© Capture d'écran Facebook @liberlandcity

Le micro-Etat de 7 kilomètres carrés, fondé en 2015 et considéré à l'époque comme une blague, a attiré plus de 400 000 sympathisants voulant vivre dans ce pays qui n’a que cinq lois et où les autorités ne contrôlent pas la vie des citoyens.

Le Liberland a été fondé le 13 avril 2015 par un Tchèque, Vit Jedlicka, qui a installé son drapeau sur un territoire contesté entre la Serbie et la Croatie. Voulant y créer ce qu'il considère être un paradis, une zone exempte de toute intervention du gouvernement et presque libre d'impôts, il a frappé l'imagination de gens du monde entier. Dans une interview exclusive accordée au journal britannique The Idependent, Vit Jedlicka raconte que des citoyens de tous les pays du monde lui ont adressé une demande de citoyenneté.

Le Liberland aura seulement cinq lois délimitant les responsabilités de l'Etat concernant la justice, la sécurité et les relations diplomatiques. Les impôts seront payés à titre de contribution volontaire, tandis que les résidents seront libres de fumer de la marijuana, de circuler aussi vite qu'ils l'entendent et de posséder des armes, à condition de ne blesser personne.

Vit Jedlicka a passé cette année à rencontrer des politiciens solidaires dans tous les coins de la planète et a créé un site web pour que les gens qui en ont assez de leur gouvernement puissent s’enregistrer et faire un don pour la cause. En outre, il propose de transformer le Liberland en un paradis fiscal utilisant des crypto-monnaies. 

«Il nous faut encore un an pour comprendre ce qu’on devra faire afin de prendre bien soin de nos frontières et signer un contrat avec une agence de sécurité privée», a-t-il indiqué.

Pourtant, le président autoproclamé n'a pas visité le Liberland depuis sa fondation, car la police croate a déployé des patrouilles aux frontières du micro-Etat. Depuis avril 2015, elle a arrêté des dizaines des personnes qui tentaient de pénétrer dans ce pays de liberté.

Vit Jedlicka promet d’amener des partisans en si grand nombre que les forces de l’ordre ne pourront pas les arrêter. Actuellement aidé par son cabinet de ministres volontaires, il prépare un «grand événement médiatique» : un festival de musique pour environ 5 000 spectateurs.

Vit Jedlicka espère que la Croatie leur permettra d’entrer au Liberland. «Nous sommes convaincus qu’on réussira à franchir la frontière. Regardez les réfugiés qui passent facilement les frontières aujourd’hui. Rien ne pourra empêcher 5 000 personnes de faire de même», a souligné le président autoproclamé du paradis libertaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales