Une visite de Trudeau à New York qui a du punch!

Source: Reuters

Le premier ministre du Canada lancé dans une nouvelle opération de charme dans la ville de New York, en arrivant la veille de sa session de signature des accords de Paris.

De passage dans la mégapole américaine pour signer les accords de Paris sur les changements climatiques, le beau brummel de la politique canadienne en a profité pour faire une session de questions-réponses avec les étudiants de l'Université de New York réputée pour son progressisme, mais lui ayant fait un chaleureux accueil car plusieurs ont apprécié le simple fait qu'une des 100 personnalités les plus influentes au monde (selon la magazine Times) se déplace pour venir les rencontrer. Ce qui n'a pas empêché un étudiant de lui lancer un jab, pour lui demander comment il pouvait faire la promotion des projets d'oléoducs tout en faisant une campagne sur les changements climatiques?

Et le jeune premier ministre de répondre par un crochet de gauche que son appui à l'oléoduc Keystone XL, depuis sombré dans l'oubli, n'est un secret pour personne, mais qu'il faut continuer à encourager l'innovation et les politiques qui soutiennent les technologies vertes, sans brusquement fermer les industries.

Pour préparer sa défensive?

Pour la suite de son programme d'opération charme médiatique, Justin Trudeau s'est ensuite dirigé vers le très célèbre gymnase Gleason's à Brooklyn, l'ancien centre d'entrainement de Jake LaMotta, Muhammad Ali et et Mike Tyson, pour faire une petite session d'entrainement avec l'ex-champion super mi-moyen israélien de la WBA, Yuri Foreman.

Opportunisme médiatique

Pour l'opposition politique restée derrière à Ottawa, le voyage manque de substance et reste purement opportuniste. Nouvel uppercut envers ce voyage pour «s'entraîner devant les caméras de télévision», soutenait la chef intérimaire du Parti conservateur Rona Ambrose, pendant la période de questions aux Communes. De son côté, le chef du Nouveau Parti Démocratique Thomas Mulcair avance que Justin Trudeau va se «pavaner» à New York sans avoir un plan ambitieux de lutte contre les changements climatiques. «C'est une coquille vide. On peut parler du sujet des changements climatiques à n'en plus finir, mais la réalité, c'est qu'à défaut d'avoir un plan pour réduire les gaz à effet de serre au Canada, cela ne vaut rien», critique Mulcair du NPD. Même sur Twitter, certains voyaient aussi une face cachée derrière cet itinéraire particulier!

Le décompte final

Le propriétaire du gymnase avait accepté l'invitation, non sans avoir pris la précaution d'inviter un médecin à se tenir près des câbles. Heureusement, les seuls knockoutés furent les représentants de la presse occidentale qui font leurs délices des activités du fils, qui semble avoir médiatiquement réglé ses pas sur les pas de son père, le non moins flamboyant Pierre Elliot Trudeau, qui fut le premier ministre du Canada à deux reprises, pendant une quinzaine d'années en tout et qui faisait aussi les délices de la presse de l'époque.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales