La Chine veut interdire les spectacles de stripteaseuses lors des cérémonies funèbres

Une danseuse à la barre verticale chinoise Source: Reuters
Une danseuse à la barre verticale chinoise

Le ministère chinois de la Culture veut s’attaquer à la tradition ancestrale qui vise à louer les services de strip-teaseuses pour garantir aux défunts une vie meilleure dans les cieux.

Le strip-tease est officiellement illégal en Chine, mais une tradition ancestrale oblige à organiser une cérémonie funèbre exubérante, à laquelle beaucoup de gens doivent assister pour que le défunt puisse s’installer de la manière la plus confortable possible dans sa vie d’outre-tombe.

Mais comme on le sait, la demande crée l’offre et c’est pour cette raison qu’on trouve en Chine un grand nombre d’agences – dans les régions rurales principalement – qui offrent les services de danseuses de strip-tease au prix de 2 000 yuans (295 euros) la performance.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la tolérance du gouvernement chinois est tombée mi-février, avec l’apparition sur internet d’images de deux spectacles révoltants qui ont eu lieu dans les provinces du Hebei et du Jiangsu.

Selon l’un des spectateur – providentiel, bien sûr ! – «deux strip-teaseuses portant des vêtements explicites ont dansé sur la scène d’une place publique de notre village [Handan ] dans la nuit du 15 au 16 février. Elles ont d'abord dansé lascivement avant d’enlever leurs vêtements un par un». Mais ce n’est pas tout. 

Suite à cette diffusion, non seulement les organisateurs ont été emprisonnés pendant 15 jours et condamnés à une amende de 70 000 yuans (environ 10 400 euros). Toute l’industrie des cérémonies funèbres chinoises et maintenant en péril. Le ministère chinois de la culture a promis de réprimer ces pratiques «non civilisées» et de renforcer les mesures de surveillance à tous les niveaux. Il ne reste qu’une question à régler : comment installer maintenant les défunts confortablement dans leur vie d’outre-tombe ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales