Le Pentagone autorise plus de victimes civiles dans ses frappes contre l’Etat islamique

Le Pentagone autorise plus de victimes civiles dans ses frappes contre l’Etat islamique© Hamad I Mohammed Source: Reuters

Le Pentagone a approuvé des frappes contre l'EI pouvant tuer des civils en Syrie et en Irak, révèlent des responsables militaires américains, alors que Barack Obama négocie actuellement en Arabie saoudite l’intensification de la lutte contre Daesh.

Six responsables militaires, qui ont témoigné sous couvert d'anonymat car non autorisés à dévoiler comment les cibles de l’Etat islamique sont sélectionnées et attaquées par l’armée américaine, ont expliqué que les frappes de la coalition des Etats-Unis en Syrie et en Irak seraient autorisées même contre des positions où peuvent se trouver des civils.

Les responsables ont expliqué qu’une frappe ayant le potentiel de blesser ou de tuer des personnes parmi la population civiles serait permises si l'armée américaine estime qu’elle peut nuire aux combattants de Daesh, venant ainsi remettre en question l’un des principes fondamentaux du droit de la guerre selon lequel il est interdit de viser la population civile et que seules les infrastructures militaires ennemies doivent être détruites.

Or, les militaires ont expliqué que, suivant le lieu et les cibles visés, des civils pourraient être touchés. Le Pentagone aurait déjà défini plusieurs zone de ciblage, dans lesquelles un quota de dix civils tués est permis. Ces zones peuvent varier en fonction de l’heure, de la situation géographique et de l'importance que leur destruction représente, ont précisé les responsables militaires.

L’augmentation du taux de tolérance de victimes parmi les civils va de pair avec la nouvelle stratégie, annoncée en octobre 2015 par le secrétaire à la Défense, Ashton Carton, pour faire pression contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie.

En novembre 2015, les pilotes de la coalition américaine ont largué 3 227 bombes en Irak et en Syrie, soit deux fois plus qu’en Novembre 2014, rapportent les médias américains. Alors que le Pentagone a reconnu que ses frappes ont tué «par accident» vingt-six civils, deux représentants militaires – l’un encore en action, l’autre à la retraite – ont révélé que beaucoup plus de victimes civiles innocentes ont été tuées dans le largage des 40 000 bombes américaines au-dessus de la Syrie et de l’Irak depuis août 2014.

Le président américain, Barack Obama, est arrivé le 20 avril en Arabie saoudite pour s’entretenir avec son homologue saoudien sur l’intensification de la lutte des deux puissances contre l’Etat islamique.

Néanmoins, la coalition islamique antiterroriste mise en place par l'Arabie saoudite, prétendument pour combattre l'Etat Islamique, est suspectée d'avoir des d'avoir des objectifs diamétralement opposés. De son côté, l'ancien directeur de la Defense Intelligence Agency américaine, Michael T. Flynn, avait révélé à la chaîne Al-Jazeera que les Etats-Unis étaient derrière les extrémistes en Syrie et en Irak.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»