Des inspecteurs de l’Union européenne ont réussi à faire passer des bombes à l’aéroport de Cologne

© Fabrizio Bensch Source: Reuters

Lors d’un test de sécurité, des inspecteurs de l’UE ont réussi à introduire dans l’aéroport de Cologne des pièces explosives, tirant ainsi l'alarme quant aux procédures de sécurité au sein des aéroports, un mois après les attentats de Bruxelles.

D’après le journal allemand, Rheinische Post, plusieurs tests de sécurité auraient été conduits pendant le mois de février. Des objets interdits dans les aéroports ont pu être introduits sans difficulté, sans être repérés par les services de sécurité de l’aéroport de Cologne-Bonn, en Allemagne.

Les inspecteurs de l’Union européenne sont parvenus à faire passer sous les portiques de sécurité des armes ou pièces explosives sans que celles-ci ne soient détectées par les machines à rayons X. Cependant, l’entreprise chargée des contrôles de sécurité de l’aéroport de Cologne, Kötter Avion, aurait communiqué que ses employés avaient réussi 98% des tests de sécurité conduits par la police fédérale allemande.

En mai 2015, la Commission européenne a engagé des procédures judiciaires contre l’Allemagne, l’accusant de ne pas suffisamment renforcer ses mesures de sécurité dans ses aéroports.

L'annonce de ces tests a eu lieu alors que l’OTAN, l’Union européenne et la Russie ont révélé craindre que l’Etat islamique cherche à se procurer des armes chimiques, biologiques, et des matériaux nucléaires et radioactifs pour frapper l’Europe.

Lire aussi : Le terrorisme nucléaire est devenu une «menace bien réelle», selon l’AIEA

Le mois dernier l’Etat islamique a appelé les djihadistes à conduire en Allemagne des attaques de la même envergure que celles qui ont frappé l’aéroport de Zaventem à Bruxelles. Les bureaux de la chancelière Angela Merkel et l’aéroport international Cologne-Bonn seraient des cibles potentielles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales