L'Unesco «condamne vivement» l'occupation israélienne des sites palestiniens

Le Dôme du rocher sur le Mont du Temple Source: Reuters
Le Dôme du rocher sur le Mont du Temple

Les autorités israéliennes se sont offusquées d'une résolution de l'Unesco qui affirme que le Mont du Temple et les lieux saints à Hébron et Bethléem sont une «partie intégrante de la Palestine».

L'organisation a également critiqué Israël, «la puissance occupante», pour avoir installé de fausses tombes dans les cimetières musulmans. Deux destinations touristiques, la Grotte des Patriarches, au cœur de la vieille ville d'Hébron et le Tombeau de Rachel à Bethléem, sont appelés «sites palestiniens» dans le texte. Le projet de résolution du conseil exécutif de l'Unesco sur la Palestine occupée a été publié le 11 avril.

L'organisation onusienne «condamne fermement les agressions israéliennes»

L'Unesco «réaffirme que les deux sites concernés situés à Hébron et à Bethléem font partie intégrante de la Palestine». L'organisation «désapprouve les fouilles illégales israéliennes en cours, travaux, construction de routes privées pour les colons et un mur de séparation à l'intérieur de la vieille ville d'Hébron, qui affectent de façon négative l'intégrité du site».

Les musulmans se réfèrent au Mont du Temple par son nom arabe, Al-Haram Al-Sharif, et son site sacré, la Mosquée Al-Aqsa. L'organisation onusienne «condamne fermement les agressions israéliennes et les mesures illégales prises contre la liberté de culte et l'accès des musulmans à leurs sites saints d'Al-Aqsa et d'Al-Haram Al Sharif, et demande à Israël, puissance occupante, de respecter le statu quo historique et de cesser immédiatement ces mesures», précise le texte.

«Une autre décision absurde de l'ONU»

L'Unesco a appelé Israël à mettre un terme à «l'interdiction faite aux musulmans d'enterrer leurs morts dans certains espaces et de planter des fausses tombes juives dans d'autres espaces du cimetière musulman». «Le blocus israélien continu de la bande de Gaza» a également été condamné, de même que «les attaques contre les écoles et autres établissements éducatifs et culturels et le refus d'accès à l'éducation». Il provoque un «nombre intolérable de victimes parmi les enfants palestiniens», peut-on lire encore dans le document.

Les autorités israéliennes ont réagi avec colère au document de l'Unesco. «Ceci est encore une autre décision absurde de l'ONU», a déclaré le Premier ministre Benyamin Netanyahou. «L'Unesco ignore la connexion unique et historique du judaïsme au Mont du Temple, où les deux temples se tenaient pendant mille ans (...). L'ONU est en train de réécrire une partie fondamentale de l'histoire humaine», a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première résolution de l'Unesco qui condamne Israël pour l'agression des sites saints de Jérusalem et de la Cisjordanie. En octobre 2015, l'Unesco avait publié un document blâmant Israël pour avoir limité l'accès des musulmans à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem. Il réaffirmait que le Caveau des Patriarches à Hébron et le Tombeau de Rachel à Bethléem étaient des sites palestiniens.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales