La Russie doit réagir aux menaces extérieures, sinon, les autres pays «en profiteront»

Source: Sputnik

Le président russe a tenu sa 14e séance annuelle de questions-réponses et répondu à plus de 50 questions posées par ses concitoyens sur les 2 millions reçues en 3h40. Chacun a pu poser sa question au président, même les enfants.

Si on veut coopérer, on doit respecter ses partenaires, y compris la Russie

Les relations entre les Etats-Unis et la Russie ne pouvaient pas être passées sous silence. Vu les derniers événements sur la scène internationale où Washington se montre à la fois favorable et hostile à la Russie – les Etats-Unis reconnaissent la nécessité des frappes russes en Syrie mais parlent d’une menace russe «accrue» en Europe –, beaucoup de Russes ont demandé à leur président d’expliquer sa politique extérieure.

Lire aussi : L’OTAN ne garantira pas par écrit que son bouclier antimissile ne vise pas la Russie

«Nous avons eu des moments, dans notre histoire commune, où les Etats-Unis et la Russie coopéraient bien, notamment dans la lutte contre le terrorisme et sur le programme nucléaire en Iran. […] Mais si les Etats-Unis ne cessent pas de parler de leur prédominance, on n'arrivera à rien. Il faut qu’ils respectent leurs partenaires, y compris la Russie», a précisé le président russe.

Pourtant, Vladimir Poutine a estimé que son homologue américain était un homme «honnête» car il fait partie de ceux qui osent reconnaître leurs erreurs. «C’est très bien que mon homologue ait le courage de faire de telles déclarations, ce n’est pas le cas de tous les hommes politiques. Cela montre encore une fois qu’il s'agit d'un honnête homme. Mais il est pas bon que la série d’erreurs se poursuive, on a presque fait la même erreur en Syrie et on ne sait pas encore à quoi cela va aboutir».

En savoir plus : Barack Obama : «Ma plus grande erreur, ne pas avoir anticipé l'après-intervention en Libye»

Les Panama Papers semblent avoir été préparés par des juristes et pas des journalistes

Au sujet du musicien Serguei Roldouguine, dont le nom a fait surface dans l'affaire des Panama Papers et qui a été accusé d’avoir acheté plusieurs violons anciens grâce à ses sociétés offshore, Vladimir Poutine a précisé qu’il n’y avait aucune preuve de corruption.

«Il semble que cela ait été préparé par des juristes au lieu de journalistes, à en juger par le style et les faits. Ils n’accusent personne de rien. C’est toute la question. Ils ne font que brasser de l’air», a expliqué Vladimir Poutine.

Lire aussi : Panama Papers : à qui profite le crime ?

«Il faut arrêter de dire que Moscou doit faire quelque chose : Moscou a déjà fait tout ce qu’il devait»

Le président russe a aussi eu l'occasion de répondre aux accusations de certains partenaires occidentaux qui prétendent que la Russie ne respecte pas les accords de Minsk-2.

«Ce sont des questions politiques qui prédominent dans certaines régions de l’Ukraine. Les citoyens doivent avoir des droits constitutionnels. Les accords de Minsk prévoient que la loi sur le statut spécial des républiques soit votée durant les 30 jours qui suivent leur signature. Mais le gouvernement ne l’a pas adoptée, prétextant qu'il y avait des tirs sur la ligne de front», a commenté le président. «Ces tirs sont un bon prétexte pour ne pas s’acquitter des accords de Minsk-2. Ils tirent, on [les rebelles] leur répond», a déclaré le président russe.

Lire aussi : L’aéroport de Donetsk aurait été bombardé seize fois depuis hier

En outre, les Etats-Unis et les pays occidentaux ne cessent de répéter que c’est Moscou qui ne respecterait pas les accords alors qu’on voit en Ukraine une crise politique qui les empêche d’adopter les lois. «Il faut arrêter de dire que Moscou doit faire quelque chose : Moscou a déjà fait tout ce qu’il devait», a précisé Vladimir Poutine.

La Russie doit réagir aux menaces extérieures, sinon, les autres pays «en profiteront»

En parlant des relations avec les autres pays, le président russe a précisé que Moscou avait de «bonnes relations avec tous ses voisins». «Même la Turquie est notre amie. Le peuple turc est un peuple amical avec lequel nous allons, bien sûr, construire des relations de bon voisinage. Pourtant, nous avons des problèmes avec certains dirigeants politiques qui font des actes inappropriés à notre égard. Nous ne pouvons pas ne pas y réagir. Nous travaillons calmement. Mais il faut réagir, car, sinon, ils en profiteront», a conclu Vladimir Poutine.

«Il semble que l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE n’a pas été conclu pour changer les dirigeants»

Les deux actualités ukrainiennes les plus discutées du moment ont aussi attiré l’attention. La nomination du nouveau Premier ministre, Vladimir Groïsman, et l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE. D’après le président russe, «l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE n’avait pas été conclu pour changer les dirigeants. Mais personne n’a pensé au peuple. Les oligarques sont toujours en place».

«Que dois-je penser du nouveau gouvernement ukrainien ? Rien ! Je ne sais rien sur son programme. Je sais seulement que le gouvernement précédent avait dressé un plan en 9 points, mais n’en avait réalisé que deux», a poursuivi le président russe, rappelant également la situation économique dramatique que connaissait l’Ukraine où l’inflation atteint 48% et où les prix du gaz ont été multipliés par trois.

…et puis on rigole


Mais la ligne directe ne touche pas que des questions politiques. Interrogé sur sa vie privée, le président russe a connu un petit moment de gêne. Il a même redouté que sa réponse n’affecte le taux de change du rouble ou le prix du baril de brut.

Cependant, les enfants ont contraint le président à s’exprimer sur des questions très pertinentes, non sans lien avec la politique. «Si Erdogan et Porochenko se noient, qui allez-vous sauver en premier ?» lui a demandé une fille de 12 ans tandis qu’une Pétersbourgeoise de 9 ans n’a pas hésité à lui demander ce qu’il ferait pour éviter de manger de la bouillie le matin.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales