Plusieurs rapports internes témoignent de la fatigue des pilotes des compagnies émiraties (EXCLUSIF)

Source: Reuters

RT a recueilli de nouvelles preuves selon lesquelles les pilotes des compagnies aériennes des Emirats arabes unis sont contraints de travailler jusqu’à l’épuisement, ce qui provoque de nombreuses erreurs lors des vols.

RT a étudié plusieurs rapports de la sécurité aérienne concernant les erreurs provoquées par la fatigue des membres d’équipage de la compagnie Emirates, déposés au début du mois d’avril. C’est-à-dire, quelques semaines après le crash d’un appareil de FlyDubai à Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie. Les 62 occupants de l’appareil avaient péri dans la catastrophe.

Après une série de révélations sur les conditions de travail harassantes qu’imposent à leurs pilotes les compagnies aériennes des Emirats arabes unis (EAU), ces nouveaux documents témoignent de la fatigue des pilotes, de leurs endormissements involontaires qui sont à l’origine d’erreurs de procédure, de la diminution de leur vigilance et de leur «indifférence» lors des vols.

«Troisième vol de nuit consécutif pour le capitaine. De nombreuses erreurs radiophoniques, y compris l’absence d’enregistrement à Muscat [apparemment, il s’agit de Mascate, la capitale d’Oman]. De nombreuses erreurs de procédure, comme ne pas avoir allumé les feux d’atterrissage en passant sous les 10 000 pieds. Si un événement non-standard avait eu lieu lors des dernières phases de vol, la performance du capitaine aurait été altérée. Heureusement, le copilote n’avait pas les mêmes horaires de travail et a remarqué la plupart de ces erreurs», a indiqué l’un des employés d’Emirates dans un «formulaire de fatigue».

Dans presque tous les formulaires, des membres d’équipage mentionnent avoir «partagé» leurs jours de repos avec d’autres employés, ce qui a provoqué un déficit de sommeil. Une pratique qui a pour résultat de diminuer les performances des pilotes lors des vols.

Récemment, RT s’est entretenu avec plusieurs pilotes d’Emirates, anciens et actuels. Comme leurs collègues de FlyDubai, ils ont déclaré être découragés de remplir les formulaires attestant de leur fatigue extrême due à leurs cadences de travail et aux rotations de vols trop importantes car les responsables de la compagnie n’en tiennent pas compte.

A l'heure actuelle, RT a obtenu près de 90 témoignages d’employés de compagnies aériennes basées à Dubaï. Même si ces personnes souhaitent garder l'anonymat, RT vérifie l'identité de chacune d'entre elles avant la publication de leurs témoignages.

L’un des interlocuteurs de RT a précisé que ses doléances avaient même été présentées au Département de l'aviation civile des EAU mais que cela n’avait rien changé à la situation. «Aux EAU, l’autorité de l’aviation civile, affiliée au gouvernement, ne peut pas être garante d’un contrôle indépendant de ces compagnies aériennes», a indiqué l’un des pilotes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales