La Russie a évacué des citoyens américains prisonniers du conflit yéménite

Des gens prennent leur mal en patience en attendant de pouvoir quitter l’aéroport de Sanaa Source: Reuters
Des gens prennent leur mal en patience en attendant de pouvoir quitter l’aéroport de Sanaa

Dans le cadre de l’opération d’évacuation russe de ressortissants étrangers pris au piège du conflit au Yémen, 197 personnes dont 19 Américains ont été évacués du pays par deux avions russes dans la nuit du 22 à 23 avril.

Les bombardements contre le Yémen et les combats sur le terrain ont laissé beaucoup de civils dans une situation désespérée et dans l’impossibilité de quitter le pays. De nombreux ressortissants étrangers sont notamment restés coincés au milieu de combats mortels.

Comme les menaces de violence restent prégnantes dans le pays, la Russie a envoyé deux avions au Yémen le 22 avril pour récupérer les civils en détresse qui n’ont pas d’autres moyens pour fuir le pays.

De plus, 19 Américains abandonnés à leur sort par leur gouvernement ont aussi été embarqué dans l’avion. Ces civils américains coincés au milieu du conflit, s’étaient pourtant adressés auparavant et à plusieurs reprises à leur gouvernement qui a refusé de les évacuer au motif qu’il n’y avait pas de projet d’évacuation centralisé au Yémen.

«L’organisation de l’évacuation par le gouvernement américain des citoyens des Etats-Unis n’est pas envisagée pour le moment», lit-on sur le site officiel de l’ambassade américaine au Yémen, qui précise que les ressortissants américains doivent trouver d’autres moyens s’ils veulent fuir le pays.

Jeff Rathke, porte-parole du département d’Etat américain avait justifié cette décision il y a quelques semaines en expliquant aux journalistes que «depuis plus de 15 ans, le département d’Etat conseille aux Américains de reporter leur voyage au Yémen et aux Américains qui se trouvent au Yémen, de partir».

En savoir plus : Pourquoi les Etats-Unis n’évacuent-ils pas leurs ressortissants du Yémen ?

La chaîne RT a réussi à contacter des civils américains restés au Yémen pour avoir leurs impressions.

«Des bombardements ont lieu chaque jour, plusieurs fois par jour, c’est vraiment effrayant. Personne ne vient nous évacuer», a déploré une Américaine restée au Yémen, par téléphone sur les ondes de RT.

«Je suis coincé au milieu du Yémen, je me trouve à 5 heures de route de Sanaa et il n’y a aucun moyen de transport ici. Moi, personnellement, je peux dire que je suis fâché contre les Etats-Unis, parce que nous sommes américains et nous n’avons même pas été contactés», a expliqué un citoyen américain, toujours sur RT.

Reste qu’un certain nombre d’Américains ont réussi à fuir le Yémen à bord d’avions dans une opération organisée et coordonnée par l’ambassade de Russie à Sanaa.

D’après Viktor Moskalyev, premier secrétaire de l'ambassade de Russie au Yémen, il y avait à bord beaucoup de personnes qui n’avaient même pas contacté l’ambassade russe. Mais comme le plus important, c’est la sécurité des personnes, ils étaient aussi les bienvenus à bord, a expliqué le premier secrétaire.

«Nous essayons d’être compréhensifs lorsque c’est possible. Par exemple, si le passeport d’un étranger est échu, nous pouvons faire le nécessaire à Moscou», a poursuivi Viktor Moskalyev.

«Mon cousin nous a contacté depuis les Etats-Unis…dès qu’il a reçu la réponse russe, il nous a appelés. C’était hier. Nous avons quitté le village qui se trouve à 5 heures de voiture pour l’aéroport, nous avons traversé un pont qui a été détruit par un missile 20 minutes plus tard», a confié à RT Mouhammed Nasser, un citoyen américain.

La plupart des citoyens occidentaux ont quitté l’avion russe lorsqu’il a fait escale à Djibouti, où se trouve une grande base militaire américaine et d’où ils seront acheminés dans leur pays. Mais certains ont toutefois choisi d’aller jusqu’à Moscou.

Au total, 9 avions ont été envoyés par le Kremlin pour évacuer les ressortissants russes et étrangers du Yémen. Plus d’un millier d’entre eux, issus de 20 pays différents, ont déjà quitté le pays.

Dans une interview accordée à RT, le citoyen américain Kaled Alamarie a expliqué que les avions russes étaient sa dernière chance de pouvoir évacuer le pays. Il a en effet essayé, sans succès, plusieurs autres moyens comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le département d’Etat américain ou encore d’autres organismes.

«Personne ne nous a vraiment aidé jusqu’à ce que récemment, je sois contacté par un membre de notre communauté m’indiquant que des avions russes évacuaient des citoyens américains. J’ai donc eu de la chance, j’ai de très jeunes enfants qui ont quitté le Yémen pour la première fois de leur vie», a-t-il souligné.

Alexandre Loukachevitch, représentant officiel du ministère russe des Affaires étrangères, a mis l’accent sur le rôle joué par la chaîne RT dans cette évacuation et l’a remerciée. «En ce qui concerne l’évacuation des Américains, on aimerait remercier la chaîne RT pour l’assistance technique et son accompagnement informationnel», a souligné le représentant officiel du ministère russe des Affaires étrangères.

«Dans le cadre des opérations d’évacuation qui sont menées conformément à la décision du Kremlin, le 23 avril deux avions russes avec 197 passagers ont atterri à Moscou après avoir fait une escale à Djibouti», a indiqué Alexandre Loukachevitch en citant les différents pays dont des ressortissants étaient à bord. 

Bien que deux avions russes aient été envoyés pour évacuer les civils étrangers du Yémen, dont un grand nombre de citoyens des Etats-Unis y vivent toujours. D’après Mohammed Alazzani, activiste yéméno-américain, ces Américains sont en mauvaise posture.

D’après les données du 17 avril de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 944 personnes ont trouvé la mort et 3487 autres ont été blessées depuis le début de l’opération militaire de la coalition arabe emmenée par l’Arabie saoudite, le 19 mars dernier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales