Corée du Sud : une pilule de viagra contre le bon vote ?

Des papys lubriques auraient-ils succombé à la corruption ? Source: Reuters
Des papys lubriques auraient-ils succombé à la corruption ?

Alors que les Sud-Coréens se rendront aux urnes le 13 avril dans le cadre des élections législatives, une affaire cocasse secoue la ville de Suwon. Un candidat aurait tenté d’acheter des votes d’une manière… surprenante.

Qui a dit que les législatives sud-coréennes n’étaient pas passionnantes ? La ville de Suwon, située à une trentaine de kilomètres au sud de Séoul, est le théâtre d’une rocambolesque affaire de corruption. Le parquet a ouvert le 12 avril une enquête sur un candidat soupçonné d'avoir offert des traitements contre les dysfonctions érectiles à des électeurs âgés afin qu'ils choisissent le bon bulletin de vote.

Enquête en cours

«Nous devons encore vérifier ces accusations. Si elles étaient confirmées, il s'agirait d'une violation du code électoral», a déclaré un porte-parole du parquet de Suwon. Une faute qui pourrait coûter cher. L'achat de voix en Corée du Sud est passible d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison ou d'une amende de dix millions de wons (7 600 euros).

Si la fraude était confirmée, les papys lubriques se verraient également punis. L'électeur corrompu est passible d'une amende salée, pouvant atteindre 50 fois la valeur du pot-de-vin reçu. 

Selon le quotidien Dong-A Ilbo, l'enquête devra déterminer les raisons pour lesquelles un candidat, dont le nom n'est pas dévoilé, aurait été en possession d'un grand nombre de ces médicaments prescrits sur ordonnance en Corée du Sud.

La présumée affaire concerne-t-elle le Viagra, le Cialis, des comprimés du cru ou des formules exotiques ? Les autorités ne l'ont pas précisé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales