«Panama Papers» : Washington admet avoir financé les journalistes menant l’enquête

Source: Reuters

Les autorités américaines ont avoué avoir financé les organisations médiatiques ayant publié les documents exposant des fraudes fiscales massives, mais nient avoir influencé les résultats de l’enquête.

«Ils [les journalistes] ont reçu le financement de sources différentes, y compris du gouvernement des Etats-Unis. Ce sont des organisations qui ont été, ou sont toujours, financées par l’agence USAID, non pas pour cibler des pays ou des personnes spécifiques, mais pour mener des enquêtes indépendantes», a assuré le porte-parole du département d’Etat américain Mark Toner le 7 avril.

Il a précisé qu’il parlait notamment du Projet de dénonciation du crime organisé et de la corruption (en anglais OCCRP pour Organized Crime and Corruption Reporting Project), qui se concentre sur les territoires de l'ex-URSS et sur l'Asie centrale. 

Mark Toner a souligné que Washington n’était pas au courant de cette enquête sur des financements offshore et n’était pas intervenu dans le travail des journalistes, rapporte l'agence RIA.

Après cette fuite des documents personnels - l’une des plus importantes de l’histoire - des centaines de milliers de personnes, dont des chefs d'Etats, des hommes politiques, des sportifs de haut niveau et d'autres personnalités richissimes ont été mis en cause. Mais, étrangement, cette liste ne contient pas d’Américains.

Pour WikiLeaks, l'opération avait une cible bien précise : le président russe. L’organisation fondée par Julian Assange a remis en question l’impartialité des «Panama Papers», soulignant que l’enquête avait été financée par les autorités américaines.

En rappelant ces révélations de WikiLeaks, Vladimir Poutine a nié toute corruption incriminant son cercle proche dans ce scandale. «Ils ont passé au peigne fin ces paradis fiscaux, mais votre humble serviteur n'y figurait pas. Alors qu'est-ce qu'ils ont fait ? Ils ont trouvé certaines de mes connaissances et certains de mes amis» et suggéré que leurs activités pouvaient être entachées de corruption, a-t-il indiqué le 7 avril lors d'un forum public à Saint-Pétersbourg.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales