Le père de Cameron impliqué dans un scandale fiscal, les médias anglais se focalisent sur Poutine

David Cameron© Stefan Wermuth Source: Reuters
David Cameron

Les médias britanniques se sont retrouvés face aux critiques des lecteurs pour avoir négligé la probable implication du père du Premier ministre David Cameron dans une vaste affaire de fraude fiscale, et préféré se concentrer sur le président russe.

Une grande et inédite fuite de plus de 11,5 millions de documents mettant en lumière le monde de la finance offshore et des paradis fiscaux, connue sous le nom de «Panama papers», a donné le signal à plusieurs médias pour se mettre d’un coup à accuser le président Vladimir Poutine de corruption, alors le président russe n’est pas nommé dans lesdits papiers.

Alors que la photo de Vladimir Poutine a inondé la presse britannique, le peuple du Royaume-Uni s’est indigné du fait que peu d’attention était prêtée au père du Premier ministre, rattrapé par ce qui ressemblerait à un scandale de fraude fiscale.

«Le père de Cameron [est] directement impliqué mais, bien sûr, notre "presse indépendante", se concentre uniquement sur l’ami d’une connaissance de Poutine», a écrit sur son fil Twitter Luke Maddison en réponse à l’article publié par Sky News.

Le journal The Guardian a sorti l’information au Royaume-Uni, l’intitulant : «La piste offshore de 2 milliards de dollars qui mène vers Vladimir Poutine», et complété par une image du président russe.

The Guardian a publié l’histoire sur la croisade de David Cameron contre les paradis fiscaux, à côté de l’article sur Vladimir Poutine... sans même mentionner ce que la fuite avait révélé sur les pratiques d'évasion fiscale du père du Premier ministre britannique. L’ironie à l’anglaise, sans doute.

Un autre utilisateur de Twitter a qualifié d’«agaçant» de voir que le dirigeant russe était mouillé à tout, alors que les grands médias faisaient l’impasse lorsque «Cameron était lié».

Un autre tweet a accusé la BBC d’être une «chaîne de lavage de cerveaux britanniques» pour ne pas avoir mentionné David Cameron et demandé si c’était «contre les intérêts nationaux ?» de le mentionner.

Le lien en question vers Poutine serait établi via une de ses connaissances personnelles et les accusations à l'adresse du président russe qui en ont découlé ont été notées par les lecteurs.

«Vous indiquez que Poutine ne fait pas encore partie de la liste mais vous allez jusqu’à utiliser sa photo. La machine occidentale de propagande anti-Poutine tourne à plein régime», a conclu Mothibi Phosa sur le réseau social en commentant l’article de Business Insider.

David Cameron a à plusieurs reprises réitéré son souhait de faire face au blanchiment d’argent et de s’assurer qu’en aucun cas de l'argent sale n’entre au Royaume-Uni.

«Je souhaite que la Grande-Bretagne soit le pays le plus ouvert dans le monde pour les investissements. Je veux m’assurer que tout cet argent est propre», a-t-il indiqué en juillet avant d'ajouter : «Il n’y a pas de place pour l’argent sale en Grande-Bretagne. Au contraire, il ne doit pas y avoir de place pour l’argent sale nulle part.»

Cependant, la porte-parole du Premier ministre a refusé lundi de confirmer ou d'infirmer si la famille du dirigeant britannique avait investi de l’argent dans des fonds offshore au nom de son père, indiquant qu'il s'agissait là d'une «affaire privée».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales