RT révèle des documents qui prouvent le trafic d’antiquités entre Daesh et la Turquie

Source: Sputnik

Les combattants de Daesh possèdent plusieurs importantes sources de revenu : pétrole, armes et… héritage historique. Les antiquités, dont le prix peut s’élever à plusieurs milliers de dollars, se trouvent en effet aux mains des terroristes.

L’équipe de RT Documentary, qui avait déjà mis au jour des documents montrant les routes du trafic de pétrole des djihadistes, a retrouvé cette fois, avec l’aide des Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), une maison ayant abrité des combattants de Daesh dans la ville d’Al-Chaddadeh, située dans la province syrienne de Hassaké, pleine d’objets d’antiquité, ainsi que des lettres et des documents qui prouvent que les djihadistes les vendaient sur le marché noir.

«Pour le frère responsable de la frontière. Aide le passage par ton poste du frère Hussein Hania Sarira accompagné d’un homme turc, le marchand d’antiquités, pour qu’ils puissent travailler avec nous au département des antiquités du ministère des Ressources naturelles. Puisse Allah te bénir, ton frère Abu Uafa At-Tunisi», lit-on dans une lettre apportée par les Kurdes à l’équipe de RT.

© RT France

La comparaison des lettres déjà vues lors de l’enquête sur le trafic pétrolier de Daesh en Turquie, a montré que les signes figurant en haut de cette missive et de la facture des terroristes sont identiques.

Parmi les artefacts, l’équipe de RT a retrouvé des vases, des objets antiques et une ancienne carte française qui remontait au temps colonial ce qui signifie que les terroristes auraient pillé des musées et autres dépôts d’antiquités.

RT a également eu accès à une vidéo filmée par les Kurdes. Sur les images, Abu Ayub al-Ansari, un jeune combattant de Daesh de la ville de Tall Abyad capturé par les milices d’YPG, y déclare que cette ville constitue un «couloir commercial» entre la Turquie et Daesh.

Lire aussi : Témoignage : l’équipe de RT qui a révélé le trafic de pétrole entre la Turquie et Daesh raconte tout

«On m’a envoyé servir à Tall Abyad, près de la frontière turque. De temps en temps nous traversions la frontière pour agir en Turquie. L’armée turque est déjà passé à proximité, mais il n’y a jamais eu lieu aucune sorte de conflit entre nous», a déclaré Abu Ayub al-Ansari.

«Quand les milices kurdes ont capturé Tall Abyad, la connexion a été perdue et les combattants étrangers ne pouvaient plus arriver. La communication avec les services de sécurité turcs a aussi été rompue, nous ne pouvions plus communiquer qu’à l’aide de civils ou d’espions», a-t-il poursuivi.

Le jeune combattant de Daesh a également précisé que depuis la rupture du trafic pétrolier, les problèmes financiers se sont multipliés au sein du groupe terroriste.

«Nous savons que nous dépendons financièrement du pétrole. Auparavant, on disait que nous n’en vendions qu’aux civils mais ils ne pouvaient pas en acheter beaucoup. Nos salaires variaient de 50 à 100 dollars. Le montant dépendait de si vous aviez une femme ou non. Je suis marié et j’ai un enfant, c’est pourquoi je touchais 135 dollars. Quand l’approvisionnement pétrolier a été interrompu, les problèmes ont commencé», a-t-il déclaré.

En juin 2015, les terroristes de Daesh ont subi une importante perte. Les forces kurdes ont capturé la ville de Tall Abyad, qui était un point clé des passages clandestins avec la Turquie à travers lequel le groupe faisait transiter des armes, des combattants, du pétrole et des antiquités.

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales