L'Australie finance un film censé dissuader les migrants afghans de quitter leur pays

© Capture d'écran

Intitulé «The Journey», le Voyage en français, ce film qui a coûté 5,3 millions d'euros, a été commandé par le ministère australien de l'Immigration afin de montrer les risques auxquels s'exposent les candidats à l'exil.

Le film retrace l'histoire de migrants afghans qui désirent gagner l'Australie afin d'y demander l'asile. Pour y parvenir, une seule solution s'offre à eux : celle de traverser l'océan indien. 

L'objectif pour les autorités australiennes, est ici de mettre en exergue la dangerosité d'un tel périple et donc de décourager toute initiative de ce type. Le film, qui comporte plusieurs scènes particulièrement difficiles, a été diffusé le 25 mars en Afghanistan, deuxième plus grand émetteur de réfugiés en 2015 après la Syrie.

L’œuvre cinématographique est loin d'avoir laissé indifférents ses spectateurs. «Il était difficile à regarder. Cela m'a mis très en colère,» confie au Guardian Ali Reza, un tailleur âgé de 18 ans. Et Ali Reza d'ajouter : «Je sais que c'étaient des acteurs, mais ces choses arrivent vraiment aux Afghans.» Mostafa Ebadi, un jeune homme âgé de 23 a de son côté estimé que c'était «un bon film» car il met en exergue «les mensonges que les passeurs disent aux passagers avant qu'ils ne partent». Même avis pour Mohammad Twab, également âgé de 23 ans, qui s'est dit ému par les scènes montrant des réfugiés croupissant dans une prison indonésienne.

La quasi totalité des Afghans qui ont atteint l'Australie par bateau étaient des réfugiés pouvant légalement demander une protection de l’Etat australien. Chaque année depuis 2009, entre 96% et 100% des demandeurs d'asile afghans ont obtenu le statut de réfugié en Australie.

Lire aussi : Les autorités norvégiennes veulent mettre des bâtons dans les roues des réfugiés afghans

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales