Royaume-Uni : un twittos poursuivi pour des propos racistes sur les attentats de Bruxelles, relâché

© Capture d'écran Twitter

Matthew Doyle, qui avait posté des tweets susceptibles d'attiser la haine raciale, risquait jusqu'à sept ans de prison. Finalement, il ne comparaîtra pas devant la cour après que Scotland Yard a avoué ne pas pouvoir le poursuivre légalement.

Dans ses tweets, l'homme de 46 ans, travaillant dans la communication, s'indignait notamment du fait qu'un vendeur de kebabs ne parle pas anglais ou encore, doutait de la bonne foi d'une femme musulmane qui, interrogée sur les attentats de Bruxelles, lui a répondu: «Je n'ai rien à voir avec ça.»

Lire aussi : Belgique: les mouvements d'extrême-droite raciste montent en flèche après les attentats de Bruxelles

Le 25 mars, la police a accusé Matthew Doyle d'infraction à l'ordre public. Un communiqué publié par la police expliquait qu'il avait été «inculpé en vertu de l'article 19 de la Loi sur l'ordre public de 1986 sur la publication ou la distribution de matériel écrit menaçant, injurieux ou insultant, susceptible d'attiser la haine raciale».

Mais, peu de temps après, les officiers de Scotland Yard ont admis n'avoir aucun recours légal contre lui. Dans un second communiqué, la police a expliqué que toutes les charges qui pesaient sur le twittos avaient été abandonnées et que sa comparution devant la cour avait été annulée.

Ce second communiqué ajoute que des personnes «ne peuvent être poursuivies [en vertu de cet article de la loi] qu'avec le consentement du procureur général». Ainsi, l'affaire doit être «renvoyée à la division du contre terrorisme et être traîtée par un procureur spécialisé».

Lire aussi : Geert Wilders s'en prend aux Marocains et se retrouve poursuivi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales