Le politicien néo-nazi sauvé d'un accident de la route par des réfugiés refuse de les remercier !

Source: Reuters

Stefan Jagsch, sauvé par des réfugiés syriens après un violent accident de la route refuse de reconnaitre que ces derniers lui ont prodigué les premiers soins. Il prétend qu'ayant été inconscient, il ne peut être sûr qu'ils l'ont vraiment aidé.

«Je n'étais pas conscient au moment où l'on m'a porté secours», s'est justifié Stefan Jagsch sur sa page Facebook. Et de se dédouaner en affirmant : «Je ne peux ainsi ni confirmer ni infirmer que des réfugiés syriens me sont venus en aide pour me sortir de la voiture». 

On aurait pu penser que le choc qu'il a reçu à tête allait le faire changer d'avis sur les migrants, mais non : même si le candidat du NPD [le Parti national-démocrate allemand] aux élections locales en Hesse doit probablement la vie à des migrants, il refuse de leur en être reconnaissant. 

Le 22 mars, Stefan Jagsch avait en effet pris la route vers 9 heures du matin, avant de perdre le contrôle de son véhicule et de percuter un arbre. Deux réfugiés passant à coté et ayant été témoins de l'accident sont venus à sa rescousse et lui ont prodigué les premiers soins.

Malgré les louanges des pompiers et de la presse, notamment du Frankfurter Rundschau, célèbre quotidien allemand, qui dans son édition du 24 mars confirmait que les premiers sauveteurs étaient des migrants, l'un Syrien, l'autre Soudanais – qui saluent l'intervention salutaire des migrants – le politicien d'extrême droite reste de marbre.  

Pourtant, même le leader régional de son parti, le NPD de Hesse, Jean Christoph Fiedler, avait exprimé sa reconnaissance, remerciant les deux hommes «pour leur bonne action».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales