Côte d'Ivoire : quatre personnes en lien avec l'attaque d'AQMI à Grand-Bassam arrêtées

Image de la plage de Grand-Bassam, au sud-est de la Côte d'Ivoire au cours de la cérémonie d'hommage de ce dimanche 20 mars. "Yako" veut dire "désolé" mais aussi "courage", c'est aussi un message d'encouragement. Source: Reuters
Image de la plage de Grand-Bassam, au sud-est de la Côte d'Ivoire au cours de la cérémonie d'hommage de ce dimanche 20 mars. "Yako" veut dire "désolé" mais aussi "courage", c'est aussi un message d'encouragement.

Ce sont trois maliens et un ivoirien qui ont été arrêté à Abidjan dans la nuit de samedi à dimanche en lien avec l'attaque d'Al-Qaïda à Grand-Bassam. Elle sont soupçonnées de complicité avec les terroristes qui ont attaqué la station balnéaire.

Le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara et le ministre d'Etat ivoirien, ministre de l'intérieur et de la sécurité Hamed Bakayoko se sont rendus à Grand-Bassam ce dimanche 20 mars au cours d'une cérémonie nationale d'hommage aux victimes de cette attaque. L'enquête «avance très bien», a alors déclaré le ministre.

En témoignent les arrestations de ces trois maliens originaires de Mopti, une région du Mali proche de la Côte d'Ivoire, et d'un Ivoirien. Ils ont été interpellés à Abidjan dans la nuit de samedi à dimanche pour avoir hébergé les djihadistes avant leur opération à Grand-Bassam, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).L'attaque, menée le 13 mars dernier, a fait 19 morts et plusieurs blessés.

«Le recrutement des terroristes n'a pas été fait» en Côte d'Ivoire

«Le téléphone d'un des terroristes a servi énormément à faire avancer les enquêtes, selon une source sécuritaire, citée par APA. Les derniers numéros composés sur ce téléphone sont celui du "cerveau des opérations". Ce cerveau qui a de la famille ici [en Côte d'Ivoire] est le même qui a orchestré l'attaque de Ouagadougou en janvier dernier. Il est venu en Côte d'Ivoire à bord d'un véhicule 4x4 de couleur kaki et c'est le même véhicule qu'il a pris pour sortir le mercredi de la Côte d'Ivoire», a ajouté une autre source sécuritaire.

Les éléments de l'enquête attestent de toute la préparation qu'a nécessité cette attaque. «Le recrutement des terroristes n'a pas été fait ici [en Côte d'Ivoire]», précise cette même source, insistant que les quatre personnes interpellées «reconnaissent avoir été en contact avec ces terroristes mais ne savaient pas ce qu'ils venaient faire réellement en Côte d'Ivoire». Les quatre complices présumés ont été incarcérés par les forces de police ivoiriennes.

Lire aussi : 16 morts dans des attentats à Grand-Bassam, annonce le président ivoirien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales