Le Service de sécurité d'Ukraine a interpellé des journalistes de LifeNews à Kiev

Le Service de sécurité d'Ukraine a interpellé des journalistes de LifeNews à Kiev
Source: vk.com/hramtsova_liza et facebook.com

Les journalistes de la chaîne de télévision russe LifeNews Elizaveta Khramtsova et Natalia Kalycheva ont été interpellées à Kiev, a écrit sur son compte Twitter Aram Gabrelyanov, directeur général du holding News Media.

« Le Service de sécurité d'Ukraine a interpellé des journalistes de LifeNews à Kiev et les a emmenées dans une direction inconnue. Les agents du service disent vérifier leur implication dans un minage du métro», a écrit le directeur.

Selon le conseiller du chef du Service de sécurité d'Ukraine Markian Loubkivski, les journalistes de la chaîne de télévision russe LifeNews vont être expulsées du territoire ukrainien et bannies d’entrée pour cinq ans.

« Je voudrais confirmer que Le Service de sécurité d'Ukraine a interpellé deux citoyennes russes, des journalistes de LifeNews. Dans les plus brefs délais, elles seront expulsées du territoire de notre Etat et bannies d’entrée en Ukraine pour cinq ans », Loubvisky a informé sur sa page Facebook.

La chaîne LifeNews a annoncé que Khramtsova a pu appeler le siège de la compagnie de télévision avant que la trace des journalistes soit complètement perdue. Les deux femmes avaient pris le taxi dans le but d'aller tourner une interview quand deux autres individus assis dans le même véhicule ont présenté des insignes du Service de sécurité ukrainien. Apparemment, ils ont dit à Khramtsova et Kalycheva qu’elles devraient répondre à des questions en rapport avec un appel informant la police d’un minage dans la station de métro Place Léon Tolstoï au centre de Kiev. C’est précisément là que les journalistes attendaient leur taxi.

«  Ils nous ont demandé de témoigner  », a dit Khramtsova par téléphone. «  Nous avons dit que nous n’avions rien vu, mais ils ont insisté pour qu'on les accompagne au bâtiment principal du Service de sécurité pour répondre à quelques questions. Ils nous ont promis de nous montrer une vidéo de nous qui prouve qu'on a pu voir quelque chose  ».

Dans un communiqué diffusé vendredi, le ministère russe des Affaires étrangères a demandé à l’Ukraine de relâcher les journalistes arrêtées à Kiev immédiatement et cesser d’ « intimider les médias ». Le ministère a ajouté qu’on n’a pas eu la possibilité de contacter les journalistes depuis leur arrestation et que leur situation reste inconnue.

Moscou « attend une réaction appropriée de la part des organisations internationales concernées, et tout d’abord de la représentante pour la liberté des médias de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)  Dunja Mijatović, à un nouvel incident extrajudiciaire en Ukraine alors que les autorités ukrainiennes essayent de protéger l’espace médiatique de leur pays des points de vue non biaisés sur les événements », lit-on dans un communiqué du ministère.

Le Service de sécurité d'Ukraine a récemment annoncé que 88 journalistes russes ont été expulsés du pays depuis le début du conflit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»