Grèce : les réfugiés ont attrapé un pédophile présumé dans le camp d’Idomeni

Source: Reuters

Des réfugiés syriens ont arrêté un homme qui aurait tenté d'agresser une fille de 7 ans dans le camp situé près de la frontière gréco-macédonienne. Il a été ensuite amené à la police afin d’éviter un lynchage public.

Un homme d’origine afghane aurait tenté de déshabiller la fillette derrière des cabines sanitaires temporaires, annonce le journal britannique The Daily Mail. C’est son père qui a appelé au secours et deux Syriens, Bashar Al-Ali et Dlar Sedo, ont ensuite attrapé le jeune homme.

Alors que la foule furieuse essayait de lyncher sur place l’agresseur présumé, les deux Syriens l’ont protégé pour le remettre sain et sauf aux forces de l’ordre.

«Nous avons entendu des cris. Les gens voulaient le tuer mais nous avons leur dit "non", car ce n’était pas à nous de le faire. Nous sommes dans un pays civilisé et nous devons laisser la police s’en occuper», a expliqué Dlar Sedo, un réfugié Syrien venu d’Alep. D’après lui, ils n’ont rien vu et ne sont pas sûrs que le père de la fille n’ait rien inventé. Les deux hommes ont même été photographiés alors qu’ils amenaient le suspect vers les représentants de la police.

Au moins 12 000 réfugiés logent à l’heure actuelle dans le camp à ciel ouvert d’Idomeni, et le fait qu’il pleuve presque tous les jours n’y change rien. Certaines familles ont déjà quitté les lieux, acceptant la proposition des autorités de les transférer dans d'autres camps mieux aménagés, alors que d’autres manifestent leur intention de se rendre en Macédoine d’où elle poursuivront leur route pour atteindre l'Europe du Nord. Le 12 mars, ils avaient fait leurs enfants en travers de voies de chemin de fer situées à proximité pour attirer l’attention sur leurs conditions de vie difficiles et leur mécontentement.

En savoir plus : Allongés sur des rails, des enfants s’opposent à la fermeture de la frontière macédonienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales