Avec la fédéralisation des territoires kurdes syriens, comment se dessine la carte du Kurdistan ?

Avec la fédéralisation des territoires kurdes syriens, comment se dessine la carte du Kurdistan ?© Rodi Said Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Alors que les territoires contrôlés par les Kurdes au nord de la Syrie ont annoncé une prochaine fédéralisation, la question d'un territoire kurde commun se pose. Petit aperçu de ce à quoi pourrait ressembler un potentiel futur Kurdistan.

Idris Nassan, fonctionnaire de la Direction des affaires étrangères de Kobané, l'une des trois zones autonomes mises en place par des groupes kurdes il y a deux ans, a annoncé mercredi que les territoires controlés par les Kurdes comptaient prochainement se fédéraliser.

De fait, selon Abdul Salam Ali, représentant du parti de l'Union démocratique kurde à Moscou qui s'est exprimé pour RIA Novosti, «une divison en trois cantons distincts dans le nord de la Syrie devrait être possible d'ici quelques jours». Il n'existe pour le moment pas de délimitation officielle des territoires qu'engloberait cette fédéralisation.

Mercredi, un responsable kurde syrien à Moscou a expliqué qu'il ne souhaitait pas se détacher du territoire syrien, mais bien de proclamer une fédération au sein de la Syrie. «Nous espérons que notre exemple sera utile aux autres nationalités et religions qui vivent en Syrie, comme les sunnites et les allaouites, mais également les Arabes, les Turcs, les Assyriens, les Tchétchènes, les Turkmènes, en somme, tous les éléments d'une société syrienne multi-ethnique», a-t-il expliqué.

Qu'est-ce que le «Kurdistan» ?

Le territoire dit du Kurdistan s'étend dans le sud-est de la Turquie, dans le nord-est de l'Irak, dans le nord-ouest de l'Iran et sur deux petites régions au nord-est et au nord-ouest de la Syrie. Sur ces quatre pays, seuls deux reconnaissent officiellement une région sous la dénomination de «Kurdistan» : l'Iran avec sa province du Kurdistan et l'Irak avec sa région autonome du Kurdistan.

Avec la fédéralisation des territoires kurdes syriens, comment se dessine la carte du Kurdistan ? Source: RT

En Syrie, les populations kurdes occupent le long de la frontière turque trois zones étroites séparées. Les trois enclaves kurdes constituent la continuation naturelle des territoires kurdes de Turquie et d’Irak.

En Irak, le gouvernement régional du Kurdistan est une entité politique, fédérale et autonome située au nord du pays, reconnue par la Constitution de l'Irak de 2005 et par la communauté internationale. Cette région est délimitée par la frontière iranienne à l'est, la Turquie au nord et la Syrie à l'ouest. La capitale du gouvernement kurde est Erbil et la ville de Kirkouk constitue également une des villes principales. Le 2 juillet 2014, le président kurde Massoud Barzani a annoncé un référendum sur l'indépendance.

Le Kurdistan iranien comprend des frontières avec l'Irak et la Turquie et compte près de 10 millions d’habitants, ce qui représentent 13% de la population de l'Iran. Sa capitale est Mahabad. Elle inclut des parties de la province de l'Azerbaïdjan de l'ouest, de la province de Kermanshah et de la province d'Ilam. Les Kurdes forment la majorité de la population de cette région, qui est estimée à 7,5 millions de personnes. Cette région est la partie orientale du grand espace géo-culturel appelé Kurdistan.

En Turquie, Le Kurdistan turc est situé au sud-est de la Turquie et représente 210 000 km² et 41,7% de la superficie totale du Kurdistan. Les autorités turques ne reconnaissent pas la dénomination de «Kurdistan» et préfèrent parler de «Région de l'Anatolie du sud-est». D'après le dernier recensement turc de 2008, la zone prise en compte par les autorités (délimitée à l'ouest par Urfa, Adıyaman et Malatya, au nord par Tunceli, Bingöl, Muş et Ağrı) serait habitée par environ dix millions d'habitants, ce qui représenterait près de 14% de la population nationale.

Depuis plusieurs mois, la situation des Kurdes de Turquie est particulièrement compliquée. Le regain de violence fulgurant depuis la mise à mal d'un cessez-le-feu de deux ans en juillet dernier a provoqué des centaines de morts. Mardi, des heurts entre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces de l’ordre à Diyarbakir, la ville que les Kurdes de Turquie considèrent comme leur capitale on fait quatre morts et plusieurs blessés. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix