Intégrité de la Syrie : Moscou exige que les Kurdes participent aux pourparlers de Genève

Source: Reuters

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué le 13 mars que les Kurdes syriens devaient prendre part aux négociations de paix inter-syriennes à Genève car leur absence mettrait en danger l’intégrité territoriale du pays.

«Si les Kurdes sont exclus des négociations sur l’avenir de la Syrie, comment pouvez-vous espérer qu’ils veuillent rester dans cet Etat ?», a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe REN TV.

«Nous pensons que le processus qui commence à Genève doit nécessairement inclure les Kurdes, si nous pensons tous vraiment ce que nous disons quand nous affirmons notre engagement pour la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie», a-t-il poursuivi. 

Le chef de la diplomatie russe a aussi souligné que Moscou «insisterait vivement pour que l'ONU ne cède pas aux ultimatums et envoie une invitation aux Kurdes pour qu'ils se joignent à la table des négociations dès le tout début des discussions».

En évoquant des ultimatums, Sergueï Lavrov faisait allusion à la Turquie, qui s’oppose à la participation des Kurdes dans les négociations de paix, alors même qu’ils constituent la force militaire essentielle qui lutte contre Daesh. En outre, le ministre russe a aussi mis en évidence qu’Ankara poursuivait une «expansion rampante» en Syrie.

«Tout en demandant à ce que les positions kurdes ne soient pas renforcées en Syrie, la Turquie revendique son droit souverain à créer des zones de sécurité dans le territoire syrien. Selon nos informations, ils se sont déjà installés à plusieurs centaines de mètres de la frontière, à l'intérieur du territoire syrien [...] C'est une expansion rampante», a-t-il conclu. 

Lire aussi : Malgré les bombardements turcs sur Afrin, les Kurdes n’ont pas l’intention de partir (VIDEO)

Cette interview pour une chaîne de télévision russe a été donnée à la veille de l'ouverture d'un nouveau cycle de négociations entre Damas et l'opposition, prévues du 14 au 24 mars à Genève. Le cycle précédent s'était achevé le mois dernier sans résultats tangibles, mais les parties s’étaient tout de même accordées sur un cessez-le-feu sur le terrain le 26 février sous la pression de la Russie et des Etats-Unis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales