Espagne : une juge demande à une victime de viol si elle a tenté de «fermer ses jambes»

La ville de Vitoria au Pays Basque espagnol
La ville de Vitoria au Pays Basque espagnol

L'Association Clara Campoamor, un groupe féministe de soutien aux victimes d'actes criminels de genre, exige une enquête à l'encontre d'une femme magistrat pour des questions «blessantes» à la victime d'un viol.

«Avez-vous fermé vos jambes et tous vos organes féminins ?», a demandé la juge María del Carmen Molina Mansilla, magistrate du nord de l'Espagne. Elle interrogeait une femme venue devant elle pour demander une ordonnance d'interdiction à l'encontre de son agresseur présumé, afin de l'obliger à rester éloigné d'elle.

La victime est enceinte de quatre mois

La victime, enceinte de quatre mois, s'est rendue au poste de police de Vitoria, au Pays Basque, le 16 février 2016 pour porter plainte contre un homme qui avait «abusé d'elle à plusieurs reprises sexuellement et physiquement».

Le lendemain, elle a été appelée à faire une déclaration devant la juge qui «s'est montrée tout à fait incrédule face au témoignage de la victime et l'a interrogée sans lui permettre de répondre, de façon blessante», a expliqué Blanca Estrella Ruiz de l'association Clara Campoamor. «Ces questions ne sont pas seulement inutiles à l'enquête, mais sont agressives et portent atteinte à la dignité de la victime», a-t-elle poursuivi. «Malheureusement, ce n'est pas un acte isolé, un tel comportement est habituel», a conclu la responsable de l'association.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales