Elections slovaques : après la victoire, les partis anti-immigration doivent former un gouvernement

Le Premier ministre slovaque Robert Fico tente de briguer un troisième mandat sur une ligne nationaliste de gauche© David W Cerny Source: Reuters
Le Premier ministre slovaque Robert Fico tente de briguer un troisième mandat sur une ligne nationaliste de gauche

Si le Premier ministre Robert Fico, nationaliste de gauche et anti-immigration, a remporté le scrutin, la poussée de nombreuses formations de droite surfant elles aussi sur la crise migratoire rend difficile la formation d'un nouveau gouvernement.

Si le parti du Premier ministre sortant, Direction-Démocratie sociale, a réalisé le meilleur score avec 28,7% des voix, «ce ne sera pas facile» de former un gouvernement, a d'ores et déjà prévenu Robert Fico, Premier ministre sortant qui tente de briguer un troisième mandat.

En effet, pas moins de huit groupes différents pourraient gagner des sièges au Parlement.

Mise à part la coalition libérale de centre-droit, qui arrive en seconde position avec 11,5% des voix, différents partis fermement opposés à la politique d’immigration prônée par Bruxelles ont réalisé une percée, comme celui de l’ultranationaliste controversé Marian Kotleba, qui obtient 8,2% des suffrages.

Un tout nouveau parti, dirigé par le businessman Boris Kollar, a également atteint le seuil de 5% qui lui permet d’entrer au Parlement, sur une ligne anti-réfugiés.

De son côté, le parti de Robert Fico a fait le pari de combiner des mesures populaires, comme la gratuité des transports pour les étudiants et les retraités, avec son opposition à l’accueil de migrants dans le pays. Robert Fico avait ainsi promis de ne jamais accepter les quotas que veut imposer l’Union européenne quant à la relocalisation des réfugiés arrivés en Grèce et en Italie à l'échelle du continent.

En savoir plus : La Slovaquie attaquera l'Europe en justice pour s'opposer aux quotas de réfugiés

Alors que la Slovaquie devrait prendre la présidence tournante de l’Union en juillet, Bruxelles suit de près le résultat de ces élections.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales