Washington voudrait rapatrier les casques bleus soupçonnés d’abus sexuels

Des casques bleurs en Afrique© Kenny Katombe Source: Reuters
Des casques bleurs en Afrique

Les Etats-Unis discutent avec leurs partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU d'un projet de résolution prévoyant de rapatrier des contingents entiers de casques bleus soupçonnés d'abus sexuels, rapportent des responsables américains.

Une telle résolution permettrait d'exclure des missions les pays dont les soldats «commettent régulièrement» de tels abus ou qui ne montrent aucun empressement à sanctionner leurs soldats.

Il s'agit «d'utiliser la menace de rapatriement comme moyen de pression» pour obliger les pays fournisseurs de troupes à prendre des mesures, a expliqué un responsable américain parlant sous couvert d'anonymat.

Il incombe en effet à ces pays, et non à l'ONU, d'enquêter et de sanctionner pénalement les coupables mais ils le font avec réticence. «Les pays contributeurs gardent jalousement leur juridiction sur leurs propres troupes, y compris les Etats-Unis et c'est un sujet sensible», a reconnu un autre responsable américain.

La résolution demandera aussi au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de décider si un pays mis en cause doit continuer de participer aux opérations de maintien de la paix.

Face aux nombreux scandales d'abus ou d'exploitation sexuels qui ternissent certaines de ses missions, l'ONU a commencé à faire le ménage en rapatriant des unités venues de République démocratique du Congo et de République centrafricaine.

L'ONU a recensé l'an dernier 69 cas d'abus sexuels qui auraient été commis par des casques bleus originaires de 21 pays, désignés nommément pour la première fois.

En savoir plus : Centrafrique : des casques bleus accusés d’avoir payé des mineures pour des faveurs sexuelles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales