Le secrétaire d’Etat belge aux Migrations «fâché» que les réfugiés se plaignent de leurs conditions

Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et aux Migrations Theo Francken© Dirk Waem Source: AFP
Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et aux Migrations Theo Francken

Après avoir annoncé que tous les incidents impliquant des demandeurs d’asile en Belgique allaient être centralisés dans un seul fichier commun, Theo Francken a déploré les récentes protestations de migrants dans les centres d'accueil.

«Je veux la transparence maximale. C’est nécessaire d’être transparent sur ce dossier car les gens doivent savoir ce qu’il se passe», a déclaré le secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken, interviewé par la radio Bel RTL.

Dans la foulée, il a annoncé que l’ensemble des incidents recensés dans les centres d’accueil pour réfugiés allaient être enregistrés dans un fichier commun. Actuellement, seuls ceux qui ont lieu dans des établissements gérés par l’agence fédérale belge d’accueil des demandeurs d’asiles Fedasil le sont. Dès lors, les échauffourées qui surviennent dans des centres gérés par d'autres ONG comme la Croix Rouge ne font pas l'objet d'un recensement systématique.

Quand tu es hôte, tu dois bien te comporter

Evoquant de récentes protestations de migrants contre leurs conditions d’accueil dans la ville de Couvin, au sud-ouest de la Belgique, qu’il a qualifiées d’«incidents», le secrétaire d’Etat a déclaré : «Je ne comprends pas. Ça me fâche. Les demandeurs sont les bienvenus mais ils doivent bien se comporter. Quand ils ne se comportent pas bien, ça me fâche.» 

Lire aussi : Belgique : le refus d'une Syrienne de porter le voile provoque une émeute entre migrants (VIDEO)

Mercredi 2 mars, le responsable du centre de Couvin avait décidé d’appeler les forces de l’ordre pour ramener le calme face à un mouvement, apparemment pacifique, de protestation qui prenait de l’ampleur parmi les pensionnaires.

Il y a très peu d’incidents avec les Syriens

Si Théo Francken a prévenu les journalistes de Bel RTLqu’il avait appris «depuis le début à ne pas nommer les nationalités», il a toutefois affirmé qu’il y avait «très peu d’incidents avec les Syriens».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales