Une femme brandissant la tête d’un enfant devant une station de métro de Moscou est arrêtée (VIDEO)

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre une femme qui serait une bonne, tenant dans ses mains la tête coupée d’un enfant et qui menace de se faire sauter près d’une station de metro du nord-est de Moscou tout en se qualifiant de terroriste.

ATTENTION ! CETTE VIDEO PEUT CHOQUER LES PERSONNES SENSIBLES.

«Je suis terroriste», a répété la femme à plusieurs reprises en levant la main dans laquelle elle tenait la tête d’enfant vers le ciel, menaçant de tout faire «exploser» et criant «Allahu Akbar».

Selon la chaîne de télévision russe LifeNews, elle aurait tué une fillette prénommée Nastia. Après ce meurtre qu’on lui impute, la femme s’est rendue vers la station de métro, où elle a été arrêtée par la police qui l'a interrogée, ont indiqué des médias russes.

Le comité d’enquête russe a publié dans la journée un communiqué qui confirme la découverte du corps d’un enfant de trois ou quatre ans après l’extinction d’un incendie dans un immeuble de Moscou. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que la suspecte était une femme de ménage approchant de la quarantaine, ressortissante d’un pays d’Asie centrale.

LifeNews a identifié la nounou qui s’appellerait Gultchekhra Bobokoulova, 39 ans, et serait originaire d'Ouzbékistan, ex-république soviétique d'Asie centrale à majorité musulmane. D’après la même source, elle aurait tué l’enfant à cause de la trahison de son mari sans toutefois pouvoir expliquer le lien existant entre son mari et l’enfant décapité.

La suspecte a attendu que les parents quittent l’appartement avec leur aîné pour ensuite tuer la cadette et incendier l’appartement, a conclu le comité d’enquête.

La mère de l’enfant décapité a été transportée à l’hôpital, inconsciente, immédiatement après avoir appris la nouvelle, a rapporté la chaîne russe Zvezda TV.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales