Elections législatives en Irlande sur fond de ras-le-bol à l’austérité

© Clodagh Kilcoyne Source: Reuters

Des législatives à l’issue incertaine ont lieu en Irlande. Les électeurs, usés par des années d’austérité, soutiennent de plus en plus le parti radical Sinn Fein. Une nouvelle coalition pourrait être formée si ce dernier bouscule les partis établis.

L’actuel Parlement irlandais

Les Irlandais doivent élire 158 parlementaires. Le gouvernement de coalition actuel est formé de deux partis : le parti conservateur de centre droit Fine Gael et le Labour. Respectivement, le chef du parti Fine Gael, Enda Kenny, occupe le poste de Premier ministre et le chef des travaillistes, Joan Burton, celui de vice-Premier ministre.

Le Fianna Fail (plus grand parti d’opposition), le Sinn Fein radical, le Parti social-démocrate et d’autres partis encore forment une opposition au Parlement et au Sénat.

L’équilibre de forces dans le parlement

Le Premier ministre actuel, Enda Kenny, espère que son parti Fina Gael va remporter les élections et que lui-même conservera son poste pour devenir ainsi le premier responsable réélu de la zone euro en dépit de sa politique d’austérité.

Reste que les sondages indiquent que bien que Fine Gael soit le plus grand parti irlandais, il ne réussirait pas à former un gouvernement à lui seul. Selon un sondage de Red C, le parti obtiendrait 30% des voix, soit six points de moins qu'aux élections de 2011. Le deuxième parti de la coalition, le Labour, quant à lui s’effondrerait face au Sinn Fein radical. Les sondages prédisent que les travaillistes ne recueilleraient que 7% des suffrages (une chute de 12,4 points), tandis que le Sinn Fein en obtiendrait 15% (plus cinq points).

Si ces prédictions se réalisent, Enda Kenny devra former un gouvernement avec le leader du Sinn Fein Gerry Adams, ancien militant du groupe terroriste «Armée républicaine irlandaise» (IRA). Celui-ci insiste que l’IRA fait partie du passé, mais c’est un boulet qu’il continue de trainer, les gens ayant toujours à l’esprit cette page sombre de l’histoire irlandaise. «L’IRA c’est du passé, tout cela n’existe plus, nous vivons une nouvelle époque», s’est-il encore justifié dans sa dernière interview.

Le Sinn Fein compte 14 sièges au Parlement pour le moment, mais pourrait doubler ce nombre. Un tel succès peut être expliqué par le fait que le Labour ait largement perdu de sa popularité à cause de sa politique d’austérité.

Pourquoi les Irlandais sont mécontents du gouvernement actuel

Fianna Fail, Fina Gael et le Labour sont accusés de la mauvaise situation économique dans laquelle se trouve le pays à cause de sa politique d’austérité. Ces derniers mois, le gouvernement irlandais a réduit les dépenses dans le domaine social et gelé les emplois dans le secteur public. Certains estiment que cette politique a quasiment provoqué la faillite du pays et a forcé l’Irlande à recevoir une aide financière venant du FMI.

La popularité du Sinn Fein est en forte hausse, et Gerry Adams espère conquérir le vote des jeunes et des classes populaires avec son discours anti-austérité.

Au final, trois scénarios semblent possibles : la reconduction du gouvernement de coalition formé par le Fine Gael et le Labour, probablement élargi à des personnalités indépendantes et des petits partis, la tenue de nouvelles élections, ou la formation d'une coalition historique entre les deux partis ennemis de centre-droit qui gouvernent alternativement le pays depuis 1932 : le Fine Gael et le Fianna Fail.

 

 

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales