Le prince saoudien accusé de trafic de drogue au Liban restera en détention jusqu'à son procès

Les paquets saisis contenant la drogue
© Capture d'écran Twitter
Les paquets saisis contenant la drogue

De lourds actes d'accusations contre Abdel Mohsen ben Walid ben Abdelaziz, ainsi que huit autres complices, ont été émis par la justice libanaise dans le cadre de la saisie de près de deux tonnes de pilules de Captagon à l’aéroport de Beyrouth.

Le juge d’instruction Rabih Houssami, en charge de l’affaire, a établi les actes d’accusation de transport et trafic de drogue, ainsi que d’organisation d’un réseau international visant à planifier et financer ces opérations. Si le magistrat a accordé la libération sous caution de deux complices de nationalité libanaise, le prince saoudien s’est lui vu refuser sa remise en liberté dans l’attente de son procès.

Le 26 octobre dernier, Abdel Mohsen ben Walid ben Abdelaziz ainsi que huit autres complices - dont quatre de nationalité saoudienne - avaient été arrêtés alors qu'ils tentaient d'embarquer avec cette drogue à base d'amphétamine.

Les deux tonnes de captagon (représentant douze millions de cachets) étaient rangées dans vingt-cinq caisses et six valises au nom de l'émir et arborant l'emblème du royaume wahhabite. La valeur de la marchandise est estimée à 280 millions de dollars.

Jeudi 25 février, le ministère de l'Intérieur saoudien a accusé les militants yéménites houthis et les chiites du Hezbollah d'être responsables de la présence des drogues dans le pays, arguant que 90% des prises étaient réalisées à la frontière avec le Yémen.

Le captagon est une amphétamine populaire au Moyen-Orient et dans les pays du Golfe. Plus de 50 millions de ces comprimés sont confisqués chaque année en Arabie saoudite. Mais sa célébrité provient du fait qu’elle est largement utilisée par les combattants djihadistes en Irak et surtout en Syrie.

Lire aussi : Beuveries, drogue et prostituées : le quotidien révélé d'un prince saoudien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales