Israël rend le Hezbollah responsable de la mort du casque bleu espagnol à la frontière libanaise

(REUTERS/James Akena) Source: Reuters
(REUTERS/James Akena)

Avigdor Liberman, ministre israélien des Affaires étrangères, a tenu le Hezbollah pour responsable de la mort du casque bleu espagnol tué par Tsahal lors d’un tir de mortier de représailles mercredi, au sud Liban.

Après une série de frappes transfrontalières qui ont tué mercredi deux soldats de l’armée israélienne et un soldat de la paix espagnol de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), le ministre des Affaires étrangères israélien Avigdor Liberman a contacté son homologue espagnol José Manuel Garcia-Margallo pour lui faire part de ses condoléances. Il a aussi déclaré que le gouvernement libanais était responsable de chaque attaque lancée depuis son territoire.

Avigdor Liberman a appelé Israël à répondre à cette attaque « de manière forte et disproportionnée ». Plus tôt dans la journée, le Premier ministre israélien avait lui aussi prévenu qu’Israël pourrait riposter sévèrement.

« Pour ceux qui nous défient dans le Nord, je vous propose de regarder ce qui s’est passé dans la bande de Gaza », a déclaré Benyamin Netanyahou, avant d’ajouter que les personnes « responsables de cette attaque vont en payer le prix plein », au moment d’entamer des discussions avec les responsables de la sécurité concernant la façon de riposter à cette attaque.

Selon un porte-parole de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le soldat de la FINUL, le caporal Francisco Javier Soria Toledo, l’un des10 000 soldats de l’Organisation stationnés au Liban, a été tué lors d’une contre-attaque israélienne visant le Hezbollah. Une enquête sur les conditions de son décès est en cours.

Le soldat de 36 ans qui venait de Malaga était posté près du village de Ghajar le long de la Ligne bleue dessinée par l’ONU entre Israël et Liban en 2000 au moment où il a été frappé par une roquette israélienne qui répondait aux bombardements du Hezbollah, explique le quotidien espagnol El Pais.

Mercredi, les troupes Tsahal ont été frappées par un missile antichar dans les fermes de Chebaa [Har Dov], une région du sud Liban sous contrôle israélien. Le Hezbollah a publié une déclaration dans laquelle il a revendiqué la responsabilité de cette attaque.

Alon Bar, l’ambassadeur d’Israël en Espagne, a aussi contacté José Manuel Garcia-Margallo pour lui faire part de ses condoléances et de ses excuses pour la mort du caporal espagnol, a annoncé l’agence de presse russe Sputnik.

Devant l’ONU, Israël a déclaré se préparer à prendre toutes les mesures nécessaires pour se défendre. « Israël ne restera pas les bras croisés lorsque le Hezbollah frappe les Israéliens », a déclaré Ron Prosor, l’ambassadeur israélien à l’ONU, dans une lettre au Conseil de sécurité et au Secrétaire général Ban Ki-moon. « Israël n’acceptera aucune attaque contre son territoire, va exercer son droit à l’autodéfense et prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger sa population », a poursuivi l’ambassadeur.

« J’appelle le Conseil de sécurité à condamner sans équivoque et publiquement le Hezbollah », a encore ajouté Ron Prosor, avant de conclure : « L’organisation terroriste doit être désarmée, le gouvernement libanais doit respecter ses engagements internationaux et mettre complètement en œuvre la résolution 1701 du Conseil de sécurité ».

Dans le même temps, Tammam Salam, ministre libanais des Affaires étrangères, a essayé de distancier le gouvernement libanais de cette attaque, répétant l’engagement du Liban dans la résolution de l’ONU qui a mis fin à la guerre israélo-libanaise en 2006.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales