Réforme constitutionnelle en Algérie : la présidence limitée à deux mandats maximum

© Ramzi Boudina Source: Reuters

Ce dimanche 7 janvier, le Parlement algérien a adopté une réforme promue par l’actuel président Bouteflika, visant entre autres à limiter le nombre maximal de mandats et à limiter l'accession des binationaux à de hauts postes.

La révision de la Constitution a été largement adoptée par le Parlement, avec 499 voix pour, deux contre et 16 abstentions. La principale disposition du texte prévoit de désormais limiter à deux le nombre de mandats présidentiels. L’actuel chef de l’Etat pourra cependant terminer son quinquennat et éventuellement en entamer un supplémentaire, le cas échéant.

Abdelmalek Sellal, le Premier ministre algérien a salué l’initiative d’un président «architecte de la nouvelle République algérienne». Mais des membres de l'opposition, comme l’ancien Premier ministre Ali Benflis ne sont pas convaincus, jugeant qu’il s’agit là d’un «coup de force constitutionnel» visant à «régler les seuls problèmes» du gouvernement, «et non ceux du pays».

Peu après le vote, le gouvernement d'Algérie a annoncé la création d’une «cellule de suivi» afin de «veiller attentivement, dans les temps impartis et jusqu’à son terme, à la concrétisation minutieuse et intégrale» des nouvelles mesures.

Dans le pays, qui compte une communauté franco-algérienne estimée à des centaines de milliers de personnes, la révision constitutionnelle introduit également l’interdiction pour les Algériens ayant une autre nationalité d’accéder aux hauts postes de la fonction publique, rapporte l'agence de presse français AFP.

Aller plus loin : Rachid Nekkaz : «la France utilise la faiblesse du président algérien pour s’approprier son gaz»

Au pouvoir depuis 1999, le président Abdelaziz Bouteflika avait évoqué la possibilité de réformer la Constitution nationale en 2011. Dans son discours à la nation, il avait alors annoncé : «Pour couronner l'édifice institutionnel visant à renforcer la démocratie, il importe d'introduire les amendements nécessaires à la Constitution» de 1996.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales