Ukraine : les députés veulent que l’ONU, l’OTAN et l’APCE qualifient la Russie d’ « agresseur »

Le parlement ukrainien (Rada) le 27 janvier 2015. (REUTERS/Alex Kuzmin) Source: Reuters
Le parlement ukrainien (Rada) le 27 janvier 2015. (REUTERS/Alex Kuzmin)

Le parlement ukrainien veut s’adresser à l’ONU, à l’OTAN et à d’autres organisations internationales pour qu’elles reconnaissent la Russie comme « agresseur » dans le conflit ukrainien. La majorité des députés ont voté en faveur de cette initiative.

271 des 289 députés qui étaient présents mardi pour le vote de la Rada suprême d’Ukraine [le Parlement ukrainien] se sont prononcés en faveur de cette initiative.

Les députés ont publié une déclaration dans laquelle ils s’adressent à l’Organisation des Nations unies (ONU), au Parlement européen, à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), à l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN), à l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la démocratie et le développement économique (AP GUAM) et à d’autres instances internationales.

« Reconnaître juridiquement un Etat comme agresseur entraîne des conséquences définies dans la résolution 1974 et la Charte des Nations unies », a déclaré Oleg Liachko, leader du parti radical et membre de la coalition gouvernementale.

(RIA Novosti/Evgeni Kostenko) Source: RIA NOVOSTI
(RIA Novosti/Evgeni Kostenko)

La résolution 1974 de l’ONU qui définit un acte d’agression souligne que cette définition n’est pas contraignante du point de vue du droit international et que c’est une directive que le Conseil de sécurité des Nations unies n’est pas obligé de suivre.

Les députés ont aussi recommandé au président ukrainien Petro Porochenko de soumettre une motion parlementaire pour « instaurer l’état de guerre et mettre la loi martiale en application sur tout le territoire ukrainien jusqu’à la cessation de l’agression armée russe contre l’Ukraine », indique le texte.

Les députés ukrainiens ont accusé Moscou de soutenir le terrorisme et de mettre en danger la sécurité internationale en bloquant les activités du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils ont aussi appelé les partisans occidentaux de l’Ukraine à exercer plus de pression sur la Russie « par l’introduction de nouvelles restrictions et sanctions sectorielles dans le but d’arrêter l’agression russe et pour forcer Moscou à se conformer pleinement aux accords de Minsk, à mettre fin à l’occupation illégale de la Crimée, et à libérer tous les otages et les gens détenus illégalement sur le territoire de la Russie ».

Dans leur déclaration les députés se sont adressés à l’APCE pour limiter les pouvoirs de la délégation russe au sein de l’organisation jusqu’à ce que Moscou arrête d’ignorer « les demandes de la communauté démocratique ».

Ils ont appelé leurs partenaires étrangers à fournir une aide militaire à l’Ukraine pour renforcer ses capacités de défense, ainsi qu’une aide humanitaire pour les populations civiles et les victimes du conflit qui ont dû être déplacées à l’intérieur du pays.

En savoir plus : Marioupol : des anglophones en uniforme repérés après les bombardements

La Rada suprême d’Ukraine a aussi souligné que la communauté internationale devait reconnaître les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk comme des organisations terroristes.

Même si elles ne sont pas parvenues à fournir de preuves significatives, les autorités de Kiev continuent à désigner les combats qui ont lieu dans les régions de Donetsk et de Lougansk au sud de l’Ukraine comme un conflit avec la Russie.

Les parlementaires russes de la Douma d’Etat ont déclaré que cette action de leurs homologues ukrainiens, qui ont désigné la Russie comme un « Etat agresseur », ne resterait pas sans réponse.

(REUTERS) Source: Reuters
(REUTERS)

« Il est évident que cet événement doit être analysé en réunion plénière et être suivi de l’adoption d’un document approprié », a confié à RBC Vasily Likhachev, membre du comité de la Douma sur les affaires de la Communauté des États indépendants.

Le parlement russe doit aussi envisager des mesures pratiques pour lutter contre chaque manifestation de Russophobie, a souligné Likhachev en ajoutant : « Nous ne sommes pas seuls. La Russie a des partenaires, des alliés et des amis ».

Mardi également, l’Assemblée parlementaire de l’OSCE a appelé la Russie à fermer sa frontière avec l’Ukraine en raison de l’intensification des combats dans le sud-est du pays.

« Les dirigeants russes ont exprimé leur soutien à la résolution pacifique du conflit en Ukraine. Conformément à cet engagement, j’appelle la Russie à fermer sa frontière pour arrêter la circulation d’armes et de combattants – volontaires ou non – qui peuvent rejoindre l’est de l’Ukraine », a déclaré Ilkka Kanerva, président de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE.

(REUTERS) Source: Reuters
(REUTERS)

Les troupes de Kiev et les milices du Donbass ont repris les combats dans le sud-est de l’Ukraine après l’effondrement du cessez-le-feu instable conclu par les parties en septembre dernier à Minsk.

Les forces ukrainiennes ont lancé une vaste offensive à la mi-janvier mais elles n’ont pas pu gagner de terrain, malgré l’utilisation de chars, de l’artillerie et des forces aériennes.

En savoir plus : Kiev mobilise ses troupes, le conflit reprend de l’ampleur

Samedi 24 janvier, le quartier résidentiel de la ville portuaire de Marioupol, qui était restée relativement préservée de la violence durant le conflit, a été bombardé.

Les forces de Kiev et les insurgés s’accusent toujours mutuellement d’en être à l’origine. L’incident a fait au moins 30 morts et 100 blessés.

Le conflit en Ukraine a commencé en avril dernier quand Kiev a lancé une opération militaire dans les régions de Donetsk et de Lougansk situées dans le sud-est du pays, après qu’elles ont refusé de reconnaître les nouvelles autorités du pays arrivées au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat.

Le nombre de victimes du conflit en Ukraine a dépassé 5000 personnes. Plus de 10000 personnes ont été blessées, selon les données de l’ONU.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales