Rwanda : la police abat un imam accusé de recruter pour Daesh

Des musulmans rwandais sortent de la plus grande mosquée de Kigali Source: AFP
Des musulmans rwandais sortent de la plus grande mosquée de Kigali

Un imam rwandais soupçonné de recruter des jeunes pour le compte de l'Etat islamique (EI) a été abattu par la police le 23 janvier, dans la capitale du Rwanda, Kigali.

«C'est la première affaire» de recrutement présumé de djihadistes pour la Syrie au Rwanda, a indiqué lundi à l'AFP le porte-parole de la police, Celestin Twahirwa. L'imam adjoint de la mosquée du quartier de Kimiromko, à Kigali, Muhammad Mugemangangon, avait été placé en garde à vue «sur des soupçons d'implication dans des activités terroristes», a expliqué la police dans un communiqué.

De retour d'une perquisition de son domicile lors de laquelle il avait accompagné les policiers, «il a sauté du véhicule, essuyant immédiatement des tirs» de la police qui ont provoqué sa mort, rapporte le texte. L'imam était accusé «d'orienter les jeunes vers le djihad et de les recruter pour qu'ils rejoignent l'Etat islamique en Syrie».

La police rwandaise assure avoir «détecté la formation de réseaux terroristes» au Rwanda, grâce à des renseignements fournis par la population. «Nous ferons de notre mieux pour démasquer les réseaux et les traiter conformément à la loi», a-t-elle indiqué. La communauté musulmane, plutôt discrète, ne représente qu'environ 2% de la population rwandaise, tandis que que les catholiques sont 43,7% et les protestants 37,7%.

Lire aussi : Les assaillants de Paris présentés dans une nouvelle vidéo de Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales