Very bad trip : Trop défoncés, deux vendeurs de marijuana se dénoncent eux-mêmes à la police

© Toma Bravo Source: Reuters

Avec une dizaine de kilos d’herbe dans le coffre, deux jeunes américains ont été pris d’une crise de paranoïa, imaginant qu’ils étaient suivis par des agents en civil… Et ont appelé eux-mêmes les forces de l’ordre, incrédules, afin de se rendre.

Cette histoire semble tirée d’une comédie américaine ou de l’imagination farfelue des journalistes parodiques du Gorafi, et pourtant, elle a été rapportée par les agents de police eux-mêmes.

Leland Ayala-Doliente, 22 ans, et Holland Sward, 23 ans, tentaient de rejoindre l’Etat du Montana depuis le Nevada, avec une grosse quantité de cannabis dans leur voiture. Mais, alors qu’ils venaient de traverser la frontière, les deux fumeurs ont imaginé, totalement à tort, qu’ils étaient poursuivis par des voitures conduites par des policiers en civil cherchant à les interpeller.

Après cette folle course poursuite (qui n’existait en fait que dans leur tête), les deux individus se sont garés sur le parking d'une station essence, et ont composé le numéro des urgences. Obtenu par le site d’information local East Idaho News, qui l’a posté sur YouTube, l’appel restera sans doute dans les annales des services de police.

«Salut, heu, on est les deux abrutis qui se sont fait attraper en essayant de ramener du matos à la frontière et tous vos policiers sont en train de nous encercler (…) j’aimerais juste que vous mettiez un terme à ça» déclare Ayala-Doliente à son interlocuteur des services de police, perplexe.

Auteur: East Idaho News

«Vous vous êtes fait attraper en train de faire quoi… ?» demande ce dernier, peinant à comprendre le motif de l’appel.

Répétant son récit, le jeune américain, en plein bad trip, tente d’expliquer : «un tas de vos hommes nous encerclent dans des voitures civiles et ne veulent pas nous embarquer. Je ne sais pas ce que c’est que cette histoire. Je me demandais juste si vous pouviez nous aider et juste mettre un terme à ça».

«Nous avons essayé de sortir de la voiture plusieurs fois et ça n’a pas marché. Nous avons tenté de demander aux voitures de s’arrêter et ça n’a pas marché, donc je ne sais pas ce qu’il se passe ici», continue Ayala-Doliente, avant de fournir l’adresse de la pompe à essence à l’officier de police qu’il a au bout du fil.

A leur arrivée sur place, les forces de l’ordre ont finalement procédé à l’une des arrestations les plus faciles de leur carrière, puisque les deux jeunes attendaient debout avec les mains derrière la tête. «Nous nous sommes fait attraper et nous nous rendons», a alors déclaré Holland Sward, toujours dans les vapes.

Après avoir été jugé, ce dernier a été condamné à cinq ans de prison, qui ont finalement été réduits à 30 jours car il s’était montré (très) coopératif. Son comparse, Ayala-Doliente, qui a lui été testé positif à la cocaïne et à l’oxycodone le jour de son procès, a vu sa peine intiale d’un an et demi commuée à huit ans de prison.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales