Un professeur espagnol projette du porno en classe et se fait renvoyer

Les élèves ont eu le droit à une... surprise. Source: Reuters
Les élèves ont eu le droit à une... surprise.

Un enseignant de Badajoz (ouest), a donné un cours un peu spécial. Alors qu’il était censé surveiller ses élèves de collège en contrôle, il visualisait des contenus pornographiques. Le rétroprojecteur était encore relié à son ordinateur.

La technologie, c’est bien. Mais parfois, il faut s'en méfier. Pour en avoir une illustration, il suffit de demander à ce professeur de l’école Sagrado Corazón de Don Benito, située à l’ouest de l’Espagne. Chargé de surveiller un examen que réalisaient ses 28 élèves de huitième année (NDLR : équivalent de la classe de 5ème), il s’est retrouvé au tribunal. Et la situation aurait de quoi faire sourire si elle n’était pas si immorale.

Un problème technique

Lorsque vous démarrez votre cour à l’aide d’un rétro-projecteur, vérifiez qu’il ne soit pas toujours branché à votre PC quand vous décidez de laisser les jeunes se triturer les méninges. Surtout quand vous comptez vous la couler douce en naviguant de sites pornos en chats salaces. Par mégarde, vous pourriez en faire profiter votre jeune auditoire. C’est justement ce qui s’est arrivé à ce membre du corp enseignant riche de vingt ans d’expérience. Et cerise sur le gâteau ? L’établissement en question est une école semi-privée… religieuse.

Un règlement stricte

D’après les informations judiciaires, le professeur surfait sur pas moins de huit forums de discussions sur lesquels étaient visibles «un langage ouvertement sexuel et des images pornographiques».

Le plus savoureux reste la réaction de l’enseignant. Une fois sa bévue réalisée, il s’est empressé d’effacer l’historique de son ordinateur avant de rejoindre le bureau du proviseur. Il lui a alors annoncé que «quelque d’horrible s’était produit».

L’école a ouvert une enquête incluant les associations de parents d’élèves. Leur sentence fut irrévocable. Elle a décidé du licenciement de l’incriminé. Et ce n’est pas son appel en justice qui l’a sauvé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales