Vandalisme et arrestations lors des manifestations pour l’anniversaire de LEGIDA (VIDEO)

Source: Reuters

Des centaines de personnes se sont rassemblées à Leipzig pour fêter le premier anniversaire de l’antenne locale de PEGIDA. Lors de manifestations marquées par des échauffourées, des hooligans ont saccagé des boutiques appartenant à des étrangers.

Plus de 200 manifestants «néo-nationalistes» ont été arrêtés par la police de Leipzig après avoir vandalisé plusieurs magasins dans l’arrondissement Connewitz, a annoncé sur son compte Twitter le correspondant de RT, Harry Fear.

En savoir plus : Pegida, le mouvement islamophobe allemand renaît de ses cendres

Certaines des boutiques qui ont subi les dégâts les plus importants appartiennent apparemment à des propriétaires d’origine étrangère. Le journaliste de RT a publié une vidéo montrant les dégradations subies par une échoppe vendant des kebabs et a commenté la scène, tweetant qu’elle lui rappelait «une frappe de drone».

D’après le quotidien allemand Bild, les près de 250 hooligans qui ont pris part aux violences sont des supporters de football qui projetaient une attaque contre les locaux du club local Roter Stern (Etoile rouge), connu pour son action contre l’extrême-droite. En chemin, ce groupe a brisé les vitres de magasins et de restaurants, renversé des poubelles et pris d’assaut un bar fréquenté par les supporters du Roter Stern.

Plus de 100 émeutiers ont été encerclés et arrêtés par la police, en plus des dizaines d’autres arrestations qui ont eu lieu à Leipzig, au soir du 11 janvier.

Au total, 211 arrestations ont eu lieu après les violences perpétrées dans l’arrondissement de Connewitz.

Plus tôt le 11 janvier, des milliers de manifestants avaient envahi les rues de la ville pour célébrer l’anniversaire de la création de LEGIDA, l’antenne locale du mouvement anti-immigration de droite PEGIDA.

Source: Reuters

De 1 500 à 2 000 personnes ont rejoint cette manifestation a fait savoir Bild, en citant des témoins oculaires. Cependant, d’après les organisateurs, le nombre de participants a atteint 3 200 personnes. Les manifestants se sont rassemblés devant le musée d’histoire naturelle de Leipzig. 

Lutz Bachmann, l'un des fondateurs de PEGIDA et son président actuel, était présent lors de la manifestation, où il s’est cependant borné à un bref discours, ont noté les médias allemands. La candidate de PEGIDA au poste du maire de Dresde, Tatjana Festerling, a, elle aussi,  participé à ce rassemblement.

Les manifestants ont scandé des slogans tels que «Merkel doit partir» et «Plus de réfugiés», a fait savoir le correspondant de RT, Harry Fear. Les orateurs ont évoqué les agressions sexuelles de Cologne, en les dénonçant comme «criminalité des demandeurs d’asile» et comme des «violences gauchistes».

Source: Reuters

L'un des intervenants à la manifestation a promis de réclamer l'ajout d'un amendement prévoyant une «obligation de s’intégrer» dans la Constitution allemande.

Au même moment, plusieurs personnes participaient à de vastes contre-manifestations qui se sont déroulées à proximité immédiate. D’après Bild, neuf manifestations rivales étaient prévues lundi soir à Leipzig, auxquelles ont assisté entre 2 300 et 2 800 personnes.

D’importants effectifs policiers ont été déployés dans la ville, tandis que des hélicoptères surveillaient les lieux de rassemblement. La police, qui avait promis d’empêcher les débordements, avait prévu des canons à eau.

Avant les manifestations, une «prière pour la paix» avait rassemblé 850 personnes dans l'une des églises de Leipzig, alors que des centaines de personnes portant des chandelles ont formé, plus tard, une «chaîne de lumière» au centre ville.

Source: Reuters

Les participants montraient ainsi leur soutien à la tolérance et à la coexistence pacifique, ont noté les médias locaux. L’événement a été soutenu par les représentants des plus grands partis politiques du pays, dont les Sociaux-démocrates, les Verts, la gauche et des syndicats.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales