Irak : la première fosse commune découverte depuis la libération de Ramadi

Un véhicule de l'armée irakienne devant l'université d'Anbar à Ramadi Source: Reuters
Un véhicule de l'armée irakienne devant l'université d'Anbar à Ramadi

La première fosse commune a été découverte à Ramadi, la capitale de la province d'Anbar en Irak. Sous le contrôle de l'organisation de l'Etat islamique, elle a été reconquise par l'armée irakienne depuis le 28 décembre dernier.

La police aurait repéré une fosse commune dans le centre de Ramadi. Le bilan de ces dizaines de mort est encore incertain. Selon basnews ce lundi, ce sont près de 40 corps qui ont été découverts tandis que le média jordanien Albawaba qui cite un responsable de la police évoque 120 corps qui ont été déterrés. Il s'agirait de victimes villageoises et de personnels militaires. Les premières investigations semblent montrer qu'ils ont été tué par le groupe djihadiste.  

Plusieurs autres fosses communes ?

Plusieurs autres fosses communes auraient également été repérées dans la localité mais les soldats irakiens attendraient d'avoir totalement sécurisé la zone avant d'entreprendre d'autres exhumations. Après la prise de Ramadi par les combattants de l'Etat islamique en mai 2015, des nombreux civils avaient été tués tandis que plusieurs milliers avaient fui la zone.

Ce dimanche, plusieurs véhicules terroristes avaient tenté de reprendre le contrôle de la ville, selon une source citée par l'Afp. L’armée irakienne avait annoncé lundi 28 décembre dernier la totalité de la ville de Ramadi aux terroristes de Daesh. Un peu après, Souhaib al-Rawi, le gouverneur de la province, a toutefois déclaré que seul 80% de la ville avait été reprise.

Lire aussi : L'Etat islamique tue au moins 12 soldats irakiens dans des attaques suicide

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales