Au Kirghizstan, un Britannique risque cinq ans de prison pour avoir insulté... un plat traditionnel

Au Kirghizstan, on ne plaisante pas avec les traditions. Source: Reuters
Au Kirghizstan, on ne plaisante pas avec les traditions.

Au Kirghizstan, un Britannique travaillant dans une mine d'or est poursuivi pour avoir comparé le plat traditionnel à un penis de cheval.

La prochaine fois, Michel McFeat s’y reprendra sûrement à deux fois avant de publier un commentaire sur Facebook. Travaillant dans une mine d'or au Kirghizstan, ce Britannique a en effet été arrêté et risque cinq ans de prison pour avoir publié une insulte sur Facebook. L’objet de cette insulte… un plat traditionnel kirghize, que ce Britannique a comparé à un «pénis de cheval».

Sur le réseau social, cet employé d’une entreprise canadienne avait évoqué ses collègues de travail en des termes peu flatteurs, affirmant qu’ils faisaient, à l’occasion des fêtes, «leur plat spécial, le pénis de cheval». Ce plat est en réalité une saucisse de cheval, un plat de fête pour les habitants du Kirghizstan. Il s’agit d’une tradition qui a repris cours à la chute de l’URSS.

Et au Kirghizstan, on ne rigole pas avec les traditions. Le Britannique est officiellement accusé d'incitation à la haine raciale, une peine passible de trois à cinq ans de prison. Il faut dire que ce message avait entraîné des remous. Les employés de la mine, qui constitue 10% de la production économique de cette ancienne république soviétique, s'étaient même mis en grève pour dénoncer l’attitude de leur collègue. Ils ont repris le travail le 3 janvier.

Michel Mcfeat avait par la suite supprimé son message et présenté des excuses sur sa page Facebook, expliquant qu'il n'avait pas eu l'intention d'offenser qui que ce soit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales