La coalition arabe aurait annoncé la fin du cessez-le-feu au Yémen

Source: Reuters

L’agence gouvernementale saoudienne SPA annonce que la coalition militaire arabe qui combat les milices chiites au Yémen depuis le 29 mars, a cessé d’observer la trêve dès 14h00 (locales) en raison des violations répétées de l’autre partie.

Les responsables de la coalition ont précisé que la trêve annoncée le 15 décembre dernier avait été violée à plusieurs reprises par les combattants chiites qui ont notamment, visé le territoire saoudien avec des missiles balistiques ces deux dernières semaines.

La défense anti-aérienne saoudienne est néanmoins parvenue à intercepter l’un des deux missiles tirés depuis le territoire yéménite, le second étant retombé dans une région déserte, à l’Est de la ville saoudienne de Najran.

La coalition militaire qui bombarde le Yémen comprend plus d’une dizaine de pays arabes sunnites comme l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Qatar, l’Egypte, le Soudan et le Koweït. Selon les estimations, depuis le mois de mars dernier et le début des opérations militaires de la coalition arabe, on dénombre quelque 6 000 morts et 28 000 blessés, dont de nombreux civils. Selon l'ONU, ce conflit a affecté directement 80% de la population du pays.

La communauté internationale a déjà appelé plusieurs fois les parties au conflit à engager des négociations et même organisé des consultations en Suisse, le 17 décembre dernier. Sans succès, elles se sont accusées mutuellement de violer la trêve. Le chef de la diplomatie yéménite, Abdulmalik Mekhlafi, a même précisé dans une interview accordée à RT Arabic qu’un dialogue de paix entre un parti politique légitime et un groupe armé qui a pris le pouvoir par la force était impossible.

En savoir plus : «On ne peut pas prendre le pouvoir par la force», selon le chef de la diplomatie yéménite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales